Partenariat fip

Le "Partage de midi" mis en scène par Eric Vigner se joue à Strasbourg

Du 05 au 19 octobre 2018
Le "Partage de midi" mis en scène par Eric Vigner se joue à Strasbourg
Vigner en répétition de vice consul - Photo de Benoit Linder

Du 5 au 9 octobre au TNS, une des plus célèbres pièces de Claudel.

Eric Vigner, metteur en scène, comédien et scénographe, ex-directeur (pendant 20 ans) du CDDB à Lorient a été été bouleversé, lorsqu'il avait 17 ans, par la lecture du livre de Claudel et par cette histoire d'amour passionnelle. Plus tard, il est d'ailleurs sorti du Conservatoire de Paris avec des scènes de cette pièce, passées avec la jeune Valérie Dréville. Partage de midi fait partie d'un cycle qu'il a initié sur les rituels d’amour et de mort à partir du mythe de Tristan et Iseult. Il fait suite à Tristan dont il est l'auteur, créé en 2015. Le troisième volet sera Le Vice-Consul de Marguerite Duras.

Il faut savoir que Paul Claudel a 32 ans lorsqu’il retourne en Chine pour occuper le poste de consul de France à Fou-Tchéou. A cette époque il n'avait pas encore connu l'amour et se destinait à la vocation religieuse. Ce voyage qui a bouleversé sa vie, est le terreau de Partage de midi, lié intimement à son vécu : Lorsqu'il prend le bateau à Marseille, il rencontre une femme, mère de 4 enfants, dont il tombe amoureux.

"Je forme un quatuor d'acteurs pour explorer cette oeuvre fondamentale, qui nous plonge dans le mystère de la création, de l'amour, de la mort et où Claudel fait de la femme une héroïne mythique".  Eric Vigner

Trois hommes et une femme, unis par l'échec de leur vie, prennent le bateau à Marseille pour se rendre en Chine dans l’espoir d’un meilleur avenir. Petit à petit deux des personnages vont devoir lutter entre l'appel de la chair et celui de la religion. Pour explorer le mystère de la vie, de l'amour et de la mort, Eric Vigner a travaillé sur la version de 1906, où le jeune Claudel fait de la femme qu’il a aimée une figure mythique et où il insuffle à ses personnages sa quête d’absolu.

Commentaires