Sheryl Crow rappelle Johnny Cash dans une ballade poignante

Publié lepar Ghislain Chantepie
Sheryl Crow etJ ohnny Cash à Los Angeles en 1995 | Granitz/WireImage ©Autre
Sheryl Crow etJ ohnny Cash à Los Angeles en 1995 | Granitz/WireImage ©Autre

La chanteuse américaine dévoile une nouvelle version de “Redemption Day”, une folk-song anti-guerre où surgit le chant grave de l’Homme en noir.

Tuzla, 1996. Sur une vieille photo prise dans cette ville de l’est de la Bosnie-Herzégovine, Sheryl Crow  apparait souriante aux côtés de soldats américains. Hillary Clinton est là elle aussi, First Lady d’une Amérique d'antan venue saluer les boys stationnés dans ce coin perdu des Balkans. La chanteuse du Missouri termine alors un voyage d’observation dans cette contrée laminée par cinq ans de guerre sauvage, un conflit qui atteignit son paroxysme quelques mois plus tôt avec le massacre de 8000 civils par les forces serbes dans la bourgade de Srebrenica.

Sheryl Crow fut marquée à jamais par sa plongée dans cette humanité en débris, au point d’y consacrer une chanson publiée la même année sur un disque portant son nom*. * Ce deuxième album reste encore aujourd’hui l’un des meilleurs long-formats de la guitariste américaine, un disque autoproduit, puisant dans ses racines country et combinant avec brio sa voix aiguisée au folk-rock alternatif de l’époque.

Sheryl Crow etJ ohnny Cash à Los Angeles en 1995 | Granitz/WireImage
Sheryl Crow etJ ohnny Cash à Los Angeles en 1995 | Granitz/WireImage ©Autre

Derrière le succès du single *If It Makes You Happy, * il y avait donc aussi sur ce disque un *Redemption Day * aux allures de protest-song dylanesque. Un titre qui dénonçait alors l’attentisme américain au début du conflit bosniaque, l'OTAN n’ayant fait parler les armes contre les Serbes que passés les plus grands massacres. Un titre qui toucha aussi Johnny Cash au point qu’il enregistra une reprise quelques mois avant sa mort en 2003, une version dévoilée bien ans plus tard sur un album posthume.

23 ans après son voyage en Bosnie, à l’heure où Sheryl Crow s’apprête à tirer sa révérence avec un ultime album attendu cet été, la chanteuse a choisi de relier les deux bouts de cette histoire très personnelle en publiant une nouvelle version de Redemption Day.  Expurgée de ses guitares, sa relecture au piano semble s’affranchir de la colère du titre original, comme le souvenir mémoriel et apaisé d’un conflit d’un autre siècle. Surtout, l’Américaine a calqué sur sa voix l’enregistrement de celle de Johnny Cash, offrant à ce nouveau titre l’émotion aigûe d’un duo réuni ensemble contre la guerre, au-delà du temps et même de la mort.