Menu
Écouter le direct

Retour aux sources de Jonathan Wilson sur l'album "Dixie Blur"

Publié lepar FIP.fr
Jonathan Wilson © Louis Rodiger / Pias
Jonathan Wilson © Louis Rodiger / Pias

Après un virage psyché sur "Rare Birds", l'artiste retrouve ses racines sudistes pour un album aux sonorités country et acoustiques.

Véritable esthète du son plébiscité sur la côte californienne où il s'est installé depuis une quinzaine d'années, le producteur et songwriter Jonathan Wilson a fait le bonheur de Roger Waters, Father John Misty, Laura Marling, Roy Harper ou Conor Oberst. Magicien de l'orchestration et des arrangements, le compositeur sortait en 2018 Rare Birds, un bijou de pop folk californienne contemporaine acclamé par la critique. Toujours en mouvement, le multi instrumentiste a quitté son studio de Los Angeles pour Nashville et ainsi retrouver les atmosphères bluegrass et gospel de son enfance en Caroline du Nord. Un retour aux sources illustré sur les quatorze ballades émouvantes de ce nouvel album Dixie Blur attendu le 6 mars sur le label Bella Union.

Prodige de la musique, Jonathan Wilson a écrit sa première chanson à trois ans. Il est également un polymathe musical, jouant de la batterie, des cors, des bois, du piano et de la guitare. Il a rejoint un groupe R&B à 14 ans, a quitté le lycée pour étudier le jazz avec de vieux maîtres et a rejoint un groupe de rock, Muscadine. Il est également devenu un luthier de renom et progressivement développé ce son unique au fil de l'écriture de ses trois premiers projets solo Gentle Spirit (2011), Fanfare (2013), Rare Birds (2018). 

Pour Dixie Blur, Jonathan Wilson a changé de méthode, préférant l'écriture collective et spontanée aux longues séances de production et d'over-dub. Une recherche de la simplicité au service de l'émotion et de la musicalité pour cet album intime et un brin nostalgique enregistré en six jours avec la crème des musiciens de Nashville Mark O’Connor (violon), Kenny Vaughan (guitare), Dennis Crouch (basse), Russ Pahl (pedal steel) et Jim Hoke (harmonica, hautbois), Jon Radford (batterie).

Jonathan Wilson est en concert le 29 mars au Trabendo à Paris.