Menu
Écouter le direct

Avec "Zan Bezan", Liraz lève son poing pour toutes les femmes

Publié lepar Ghislain Chantepie
Liraz | Dead Sea Recording
Liraz | Dead Sea Recording

La chanteuse iranienne dévoile une ode vivifiante à la liberté, prélude à son deuxième album attendu au printemps.

Depuis quelques jours, on l’imagine collée à sa télévision ou pianotant fébrilement des messages à ses compatriotes qui expriment dans la rue leur désespérance. À coup sûr, la chanteuse israélienne d’origine iranienne Liraz ne peut rester indifférente à cette nouvelle vague de manifestations qui secouent Téhéran après celles de 2009 et de 2017. Elle qui, réfugiée avec sa famille en Israël depuis l’enfance, n’a cessé de tourner depuis son regard vers son pays natal avant d’en chanter les parfums dans son dernier album publié l’an dernier chez Dead Sea Recording.

Dans ses chansons interprétées en langue farsi, Liraz conjugue la tradition de la pop iranienne des années 70 avec des rythmes modernes issus du rap et des musiques électroniques. Surtout, cette jeune quadra chante la liberté et plus particulièrement celles des femmes, à l’image de ce Zan Bezan dévoilé aujourd’hui. Ode passionnée à la vie et à la danse, ce nouveau titre fusionnant les époques est un cri du cœur co-écrit avec Uri Brauner du groupe Boom Pam et qui invite les femmes du Moyen-Orient et d’ailleurs à reprendre le contrôle de leur vie.

L'Iran n'appartient plus ni à moi ni à mes parents. Pourtant je peux décrire avec précision ses plus beaux lieux, ses odeurs, ses couleurs. La chanson est un symbole de la lutte contre ceux qui veulent supprimer ces femmes que nous représentons.

En concert : le 6 décembre aux Trans Musicales de Rennes