Menu
Écouter le direct

Les Rolling Stones exhument leur premier live de "Sympathy for the Devil"

Publié lepar Ghislain Chantepie
Keith Richards et Charlie Watts à Londres le 11 décembre 1968 (Mark and Colleen Hayward/Redferns)
Keith Richards et Charlie Watts à Londres le 11 décembre 1968 (Mark and Colleen Hayward/Redferns) ©Getty

Enregistrée en 1968 pour le projet de film "Rock and Roll Circus", cette performance survoltée où apparait Brian Jones vient d'être totalement restaurée.

Londres, 11 décembre 1968. Dans un studio de la télévision anglaise BBC situé à Wembley, les Rolling Stones prennent place dans un décor de cirque pour une célébration fantasque du Swinging London triomphant. Autour d’eux se pressent de grandes figures de l’époque parmi lesquelles Marianne Faithfull, The Who ou encore The Dirty Mac, un supergroupe d’un jour réunissant John Lennon, Eric Clapton, Mitch Mitchell et Keith Richards.

Baptisée The Rock and Roll Circus, cette performance live doit sa genèse à Mick Jagger qui souhaitait alors assurer une promotion grandiose à Beggars Banquet, le nouvel album des Rolling Stones tout juste sorti. Des heures durant, le groupe anglais et ses complices d’un jour vont ainsi se succéder sur scène en vue d’une retransmission TV finalement annulée, à la demande des Stones eux-mêmes qui jugèrent le résultat médiocre.

Édité près de 30 ans après en VHS dans un montage de soixante-six minutes seulement, ce témoignage de l'âge d'or du rock pouvait miser sur des heures de rushes inexploités jusqu’à présent. Parmi ceux-là, les images de Sympathy for the Devil enregistré pour la première fois en live à l’occasion de ce projet de film musical. Titre phare de Beggars Banquet, ce single avait certes déjà été immortalisé par Jean-Luc Godard lors de son enregistrement en studio l'été précédent mais n’était pas encore l’hymne stonien qu’il est devenu depuis. 

Sous les caméras du réalisateur Michael Lindsay-Hogg, un Mick Jagger possédé interprète ainsi ce monument dans un décor surréaliste avec un Brian Jones presque hagard aux maracas. C’est d’ailleurs l’une des dernières apparitions en live du cofondateur des Stones avant son départ du groupe et sa disparition tragique l’année suivante. On distingue également un John Lennon en pleine transe au milieu de cette prise totalement restaurée à l'occasion de sa première mise en ligne, et qui se savoure aujourd'hui comme si on y était. Bluffant.