Menu
Écouter le direct

Lalalar, nouveaux rebelles du rock turc

Publié lepar Catherine Carette
Lalalar - Photo de Lalalar
Lalalar - Photo de Lalalar

Le trio d'Istanbul dévoile "Ceketini Al Yoluna Bak" et "Hiç Mutlu Olmam Daha İyi" sur un nouveau 45-tours psychédélique.

Depuis quelques années, de jeunes artistes d'origines turques comme Altın Gün, Derya Yıldırım & Grup Şimşek ou Lalalar, exposent leur regard contemporain aux musiques de l'âge d'or de la scène anatolienne. Porter un masque sur le visage ou un virus dans le sang, cela existe depuis des siècles nous dit le titre Ceketini Al Yoluna Bak (Prends ta veste et trace ta route) qui met en musique le cycle de la vie. Les gens viennent, partent… et la mélodie disparaît peu à peu pour laisser place à un véritable tremblement de terre :

On poursuit cette petite virée offerte par le label suisse défricheur Les Disques Bongo Joe qui, après Chouk Bwa, Baby's Beserk, Porest et Guess What, ont déniché ce nouveau jeune trio fondé en 2018, qui a déjà six singles à son actif. Les stambouliotes marient leur étrange psychédélisme à des productions électroniques inspirées qui donnent une vision musicale retro-futuriste de la scène anatolienne, comme en témoigne le titre à la fois réjouissant et inquiétant de l'autre face du disque :  

Avec Hiç Mutlu Olmam Daha İyi (Il vaut mieux que je ne sois pas heureux), Lalalar affirme que le sentiment de ne pas être heureux n'est pas un problème, ça n'offense personne et c'est toujours mieux que de se mentir et d'être malheureux à la fin. On peut juste bouder et danser.

Des coins et recoins pleins de morceaux cassés. Balaie le chagrin sous le tapis, la conscience dit que c'est une impasse. Prends ta veste et trace ta route...