Menu
Écouter le direct

L’éloge de la paresse avec la pop poétique de Leo Blomov

Publié lepar Guillaume Cohonner
Leo Blomow
Leo Blomow

Avec son premier album, ce jeune compositeur donne à la paresse une bande originale sur mesure qui convoque le psychédélisme français, la Bossa Nova brésilienne et la Sunshine Pop californienne.

Tirant son patronyme du personnage d’Oblomov de la pièce de théâtre d’Ivan Gontcharov narrant l’histoire d’un aristocrate paresseux qui se prélasse jour et nuit dans son divan, Leo Blomov s’est réapproprié cet alter ego fictif pour porter les douze chansons à la mélancolie rêveuse qui compose Carpe Noctem. Résultat, un éloge à la procrastination qui laisse pourtant transparaître une créativité époustouflante.

Dès l’inaugural Carpe Noctem, Leo Blomov donne le ton : « Encore une journée passée à ne rien foutre / Devant les écrans alors que le soleil brillait », la nonchalance est de rigueur au service d’un univers poétique où le Rémois explore les confins d’une pop sixties qui nous rappelle celle tout aussi psychédélique de Julien Gasc mais également la verve magnétique de Bertrand Burgalat.

Leo Blomov explore également des formes plus rock comme sur Todessehnsucht et ses emprunts au kraut rock et aux rythmiques hypnotiques chères à Stereolab. On y retrouve également des titres instrumentaux comme Madrigal et ses harmonies vocales que n’aurait pas reniées Brian Wilson. A l’image du single Effervescence Programmée, loufoque et engourdi, Carpe Noctem est un cocon plein de charme dans lequel on aime se vautrer à l’image du personnage d’Oblomov.

Signé sur le très jeune label rémois Label Attitude piloté par John Attali et Clément Timsit qui affirme souhaite « faire la part belle à une nouvelle scène rêveuse et désinvolte redessinant les contours de la pop indépendante francophone », Carpe Noctem est un album planant à l’esthétique lo-fi décalée qui présage un bel avenir pour le jeune prodige.

"Carpe Noctem" sortira le 19 novembre prochain sur Label Attitude.