Menu
Écouter le direct

On ose le génial "Soleil Enculé" du groupe Arlt

Publié lepar Catherine Carette
Arlt - Soleil enculé - Photo de Julien Poncet
Arlt - Soleil enculé - Photo de Julien Poncet

Déjanté à souhait, le nouvel album du groupe français met en lumière les idées innocentes et absurdes, poétiques et violentes de l'enfance.

Le duo folk-punk avant-gardiste Arlt né en 2006, sort son cinquième album, un « premier nouvel album » qui retrouve la fraîcheur des débuts, avec une nouvelle meute et une nouvelle façon de produire mais toujours la même obsession, celle de « transcrire une sidération face au réel » explique Sing Sing, le frontman du groupe. Que les fans de Brigitte Fontaine et Areski se réjouissent, tout aussi surréaliste que l'étaient de ces deux trublions malicieux, Arlt nous embarque dans son monde brut de pomme acidulée avec neuf chansons excentriques toutes droit sorties de la cour de récré. Neuf cocottes en papier à manipuler ( "combien t’en veux ?" ) avec gages ou questions imprimés sous chaque couleur pour réinventer l’histoire à venir, ensemble. 

Il fut un temps, le temps c’était le temps des commencements. Tout l’monde était mort et tout l’monde s’en portait bien…. Mais ça fait drôle de penser à ça. Déshabillons-nous plutôt, comment tu t’appelles ?

Formé par le chanteur Sing Sing à la plume irrévérencieuse et poétique et la chanteuse Eloïse Decazes, cette fois plus instrumentiste que jamais (concertina, accordéon, petit orgue à soufflerie, piano préparé, magnéto à bandes), Arlt devenu quintet, a fait le choix d'une orchestration plus opulente avec une belle place donnée à l'improvisation : "C’est un disque de petite meute, ce qui fait qu’il est plus baroque peut-être, plus opulent, plus foisonnant, plus délirant ".  

Mocke Depret, compagnon de route depuis le premier disque en 2010 avec sa guitare et ses effets toujours indissociables de la couleur du groupe, s'acoquine avec de très inventifs petits nouveaux : Ernest Bergez ( Sourdure, k a u m w a l d, Orgue Agnès) à la réalisation et au mix et Clément Vercelletto (Kaumwald, Orgue Agnès) aux percussions, saxophone, clarinette, delay, reverb et divagations électroniques, "pour une approche de studio beaucoup plus cubiste moins folk, moins naturaliste" dixit Sing Sing. Côté invités, Bertrand Belin au violon, Léonore Boulanger, Marion Cousin, Claire Vaillier, Jean-Daniel Botta, Borja Flames et Charlène Dinhut. 

Le studio, c'était comme une cabane dans un grenier. Avec cette joie là. Mais ce n'est pas nécessairement régressif et béat, c’est aussi l'enfance comme geste spontané, théâtral et violent. 

Ne vous y trompez pas, Soleil enculé, qui est aussi le nom du dernier titre du disque, est un album réjouissant car déconcertant et romanesque. Son temps est celui d'une enfance qui se situerait devant nous. On aime son bazar sans nom, ses dissonances, les questions profondes qu'il pose avec légèreté. Instinctif, décalé, le délicieux et saugrenu Soleil Enculé nous emballe slow, rumba, rebetiko, et nous met dans tous ses états du post-punk à la pop en passant par le tropicalisme. 

Soleil Enculé est sorti en vinyle et en CD sur le label Disque-Murailles Music.

En concert :

Le 21 novembre / Pôle Etudiant / Nantes
Le 27 novembre Altr + Carl et les Hommes Boites / Café Bulle / Lille
Le 28 novembre / Powerdove / Petit Bain / Paris
Le 29 novembre Altr + Pneu + Tallawit Timbouctou + 2 boules vanille / Grrrnd Zero : Villeurbanne