Menu
Écouter le direct

"Lilith", les héroïnes oubliées de Mélissa Laveaux

Publié lepar Guillaume Schnee
Mélissa Laveaux - Session Colors Studios
Mélissa Laveaux - Session Colors Studios

C'est avec une session Colors que la chanteuse et compositrice de Montréal présente le premier titre de son nouvel album, un conte folk-blues habité et mystérieux.

Formidable conteuse et poète militante native de Montréal et d'origine haïtienne, la chanteuse et guitariste nous avait laissés il y a trois ans avec l'album Radyo Siwèl, un recueil de comptines et chants perdus subversifs Haïtiens réinventés dans une folk contemporaine et universelle. Mélissa Laveaux cultive de sa voix langoureuse qui vous transperce son goût pour les berceuses métaphoriques et les hymnes à la liberté en partageant ce nouveau titre Lilith, annonciateur d'un nouvel album attendu courant 2022. Une quatrième œuvre sur "des héroïnes oubliées ou méconnues, des vengeances qui rappellent les contes de Grimm avant qu'ils ne soient pour les enfants, des dialogues avec un passé réinventé, une auto-mythologie alternative" annonce l'auteure et compositrice.

Sur ce premier titre hanté on retrouve cette folk mystérieuse, parfois viscérale servie par une fusion élaborée de sonorités électriques, de blues et de groove entêtant. A propos de ce nouvel album pour l'instant sans titre, Mélissa Laveaux déclare "Les berceuses me fascinent: un chant envoûtant, une quête métaphorique et mystique, une mélodie entraînante mais solennelle - le tout tissé par les doigts d'Orphée. Quand j'essaie de me les enfiler sous la langue, je ne suis pas sereine: je crie, je siffle, je fais saigner la guitare. Alors voici des berceuses pour adultes - des berceuses, avec du rythme, à rester debout. Des mélodies qui trainent avec vous toute la journée et qui vous possèdent la nuit. Des héroïnes qui n'ont pas eu de modèles et qui ont décidé de prendre le risque d'escalader le piédestal de la géante sans savoir ce qui les attendrait : la mort, la gloire ou les deux ? Mais surtout la liberté. Des chants de liberté, des prières, des sortilèges, des baumes de protection pour vos voyages douloureux".

La chanteuse évolue depuis plus de dix ans sur la scène internationale. Haïtienne de la diaspora installée au Canada depuis l’enfance, son premier album Camphor & Copper avait fait des émules, montrant à la face du monde un folk-blues haïtien dont elle a le secret et son amour pour Martha Jean-Claude, artiste iconique de la résistance au régime de François Duvalier. Sur son deuxième album Radyo Siwèl , l'artiste canadienne nous plongait dans les racines folk et politiques d’Haïti. Un véritable travail ethnomusicologique et de recomposition pour lequel elle a exhumé comptines et chants perdus subversifs qui furent autant d'instruments de résistance à l'occupation américaine de l'île de 1915 et 1934. Mélissa Laveaux sera en tournée dès la mi-janvier.