Menu
Écouter le direct

Exclu : « Freakenstein », le nouvel album de TH da Freak

Publié lepar Ghislain Chantepie
TH Da Freak et son gang | Howlin Banana
TH Da Freak et son gang | Howlin Banana ©Autre

Le rockeur aux cheveux bleus dévoile un troisième album rempli de fantasmes nineties.

TH da Freak sera-t-il le sauveur des années 90 ? Alors que la génération Y vient de perdre coup sur coup deux de ses héros dans la fleur de l’âge (ou presque), l’encore jeune rockeur bordelais entend bien faire vivre aujourd’hui l’héritage indie de cette décennie où grunge et lo-fi faisaient vrombir les Walkman dernier-cri.

Né l’année de la sortie du In Utero  de Nirvana, Thoineau Palis de son vrai nom a en réalité débuté la musique à une époque où la rébellion n’était déjà plus franchement affaire de coupe de cheveux. Qu’importe pour cet amateur de guitares noisy qui affiche crânement l’insouciance du panthéon headbang d’il y a 25 ans, et alors même que son nouvel album *Freakenstein * est un vrai condensé de cool qui dépasse de loin le simple revival.

Moins DIY qu’à ses débuts, TH da Freak (prononcez ti eɪʧ dɑ frik)  s’est cette fois-ci entouré de son backing-band habituel pour enregistrer ce – déjà – troisième disque. L’énergie qui s’en dégage en surgit comme un ressort, à l’image de plusieurs titres qui assument leur vélocité (*Nutty) * ou leur pesanteur (Freakenstein, Peeling The Onion ) tout en évitant le piège du sens unique.

TH da Freak sait aussi flirter avec le garage-rock sur ce disque, comme sur le savoureux Surrender  aux effluves d’ailleurs plus londoniennes que californiennes. Mais aussi faire œuvre d’une nonchalance pop sur-mesure avec Mars Attacks!!  ou sur son ode finale et paresseuse *Adios Freakos. * A voir en live, assurément.

"Freakenstein", nouvel album de TH Da Freak, sort le 8 mars sur le label bordelais Howlin' Banana.

En concert le 27 mars au Point Ephémère (Paris).