Menu
Écouter le direct

"Don't Let Me Disappear", le cri mélancolique de Ben Harper

Publié lepar Catherine Carette
Ben Harper - Festival Ippodromo San Siro 2019 - Photo de Sergione Infuso/Corbis via Getty Images
Ben Harper - Festival Ippodromo San Siro 2019 - Photo de Sergione Infuso/Corbis via Getty Images

Solitude, isolement, invisibilité, le chanteur-guitariste dévoile son nouveau single accompagné par la danse de Nicole Ashley Morris et Jacob "Seven Feet" Melvin.

Musicien, auteur, compositeur et chanteur américain, Benjamin Chase alias Ben Harper sort aujourd'hui Don't let me Disappear avec le batteur Oliver Charles, le percussionniste Leon Mobley, le bassiste Juan Nelson et le guitariste Michael Wardenrichi. La vidéo réalisée par Kristin Sudeikis et Gabriel Judet-Weinshel mêle images en noir et blanc de sa prestation et de la nature. Comme le temps passe, l'eau s'écoule et avec elle, l'envol d'un danseur et d'une danseuse dans leurs lieux de vie respectifs semblant lutter contre la privation de liberté. 

Ça fait si longtemps que ça me semble facile. Ça fait trop longtemps que personne ne peut m'atteindre. Ça glisse. Ne me laisse pas disparaître.

Ben Harper adore la France et reste fidèle à son public depuis son succès aux Trans Musicales de Rennes en 1993. Son père luthier jouait des percussions et sa mère lui a appris ses premiers accords de guitare à l'âge de trois ans. C'est en découvrant Taj Mahal en concert que s'est confirmée sa vocation déjà bien allumée par ses grands-parents maternels qui fondaient The Folk Music Center and Museum à Claremont en Californie. Inspiré par le blues, le rhythm & blues, le rock, le folk, la country, le gospel et grand admirateur de Jimi Hendrix, Bob Dylan et Bob Marley,  Ben Harper s'est créé un style musical en dehors des modes.

En 2018, nous recevions le rocker sur le toit de la Maison de La Radio pour une performance inédite et dans nos studios lors de son duo avec le bluesman Charlie Musselwhite sur le projet No Mercy In This Land.