Menu
Écouter le direct

The Black Lips toujours facétieux sur le clip de "Rumbler"

Publié lepar Guillaume Schnee
The Black Lips / Photo Dani Pujalte
The Black Lips / Photo Dani Pujalte

Le quintet garage d'Atlanta publie une vidéo drolatique pour ce nouveau titre de country foutraque tiré de l'album "Sing In A World That’s Falling Apart".

Des images sixties du groupe errant avec le sourire dans le désert puis jouant en sautillant dans un chapiteau, suivies des aventures déglinguées d'un GI Joe qui finit par se prendre pour le Dr Folamour de Kubrick, le tout sur des airs de country sudiste jubilatoire... le clip de Rumbler illustre à merveille l'esprit punk et festif du neuvième album studio des Black Lips qui ont décidé de revenir aux racines de leur son brut né il y a vingt ans dans les caves de Géorgie.

C'est une chanson que j'ai écrite sur un G.I. La poupée Joe, du nom de code Rumbler, dont je suis presque certain est basée sur mon grand oncle et héros de guerre Bobby Earl Swilley. La cadence de la chanson est basée sur un poème de chasse à l'ours que mon grand-père, le frère de Bobby Earl, me récitait. Ceci est une ode à mes aînés. Jared Swilley

Deux ans après l'excellent Satan’s graffiti or God’s art ? produit par Sean Lennon, les fauteurs de troubles ont enregistré en analogique les douze titres de Sing In A World That’s Falling Apart aux légendaires studios d'enregistrement Valentine de Laurel Canyon qui ont accueilli Beach Boys et Bing Crosby avant de fermer en 1979 et d'être récemment réouverts. Les provocateurs du garage-rock underground d'Atlanta trempent leur romance rustique dans une country folle baignée d’un accent bien sudiste mêlée à un cocktail sans âge et euphorique d'hymnes flower pop, de sons psychés et de rock sans cesse réinventé.

The Black Lips est en concert le 30 mars au Petit Bain à Paris.