Menu
Écouter le direct

"Be What You Want To Be" la pépite disco boogie d'Ernest Ranglin

Publié lepar Guillaume Schnee
Ernest Ranglin en 2002 / Jon Lusk/Redferns/Getty
Ernest Ranglin en 2002 / Jon Lusk/Redferns/Getty ©Autre

Installé en Floride, le guitariste jamaïcain sortait en 1983, avec le producteur King Sporty, un pur bijou groove enfin réédité par le label Emotional Rescue.

Guitariste virtuose, Ernest Ranglin  a fait ses débuts dans les big bands de Kingston avant de participer à l'évolution et à la diffusion de la musique jamaïcaine en renouvelant sans cesse son jeu et son répertoire. Il a contribué au passage du mento et du calypso au ska avec des titres comme Shuffling Bug enregistré avec Clue J & His Blues Blasters en 1959 ou en arrangeant le tube My Boy Lollipop interprété par Millie Small. Pionnier de l’épopée du reggae notamment au sein de l'équipe de Studio 1 et du label de Chris Blackwell, Island Records, le « patriarche de la musique jamaïcaine » a toujours accordé une large place au jazz et a aussi multiplié les collaborations avec des artistes africains comme Tony Allen, Cheikh Lô ou Baaba Maal.

Installé en Floride, Ernest Ranglin s'associe en 1982 au producteur Noel Williams alias King Sporty, ancien complice des années Studio 1 et auteur du tube "Buffalo Soldier". Une collaboration qui aboutira aux six titres de l'album Be What You Want To Be  enregistré avec la crème des musiciens de la scène groove de Miami comme Bobby Caldwell, Betty Wright ou Timmy Thomas.

Réédité par le label anglais Emotional Rescue, le LP offre quelques sommet de groove instrumental enveloppé de vocalises et de rythmiques disco et de vibes reggae. On y retrouve une reprise du single Africano  de Thomas’ TK Disco, du titre In The Rain, classique de R & B d’Anthony Hester ou une version du tube de King Sporty Keep on Dancing.