Menu
Écouter le direct

Une charmante démo de George Harrison fait surface

Publié lepar Ghislain Chantepie
George Harrison (1943 - 2001) à Cannes en janvier 1976 (credit : Michael Putland)
George Harrison (1943 - 2001) à Cannes en janvier 1976 (credit : Michael Putland) ©Getty

« Cosmic Empire » est l’un des premiers inédits de l'ex Beatle dévoilés avant la réédition de son chef-d’œuvre solo « All Things Must Pass ».

C’est peut-être le plus grand album d’un Beatle en solo qui s’offre cette année un anniversaire digne de ce nom. Publié à la fin de l’année 1970, All Things Must Pass est déjà le troisième disque en solo de George Harrison mais le premier qui impose au monde entier les talents de composition de l’ancien guitariste des Fab Four. Celui qu’on surnommait alors le « quiet Beatle » prend alors le large avec ce triple album qui éclipse les premiers efforts individuels de ses anciens compagnons Paul McCartney et John Lennon (dont l’Imagine ne sortira qu’un an plus tard).

Coincé derrière le tandem historique du groupe, George Harrison avait souvent exprimé sa frustration de ne pouvoir donner suffisamment libre cours à sa propre écriture dans les compositions des Beatles et ce, malgré plusieurs morceaux de bravoure. Avec All Things Must Pass, le guitariste libère son talent au travers d’une vingtaine de chansons naviguant entre pop classique et expérimentations faisant la part belle à ses inspirations indiennes. Avec lui en studio, le sorcier du son Phil Spector mais aussi son ancien comparse Ringo Starr ou encore l’encore jeune Eric Clapton.

De ces journées passées à enregistrer ce chef d’œuvre au studio Abbey Road à Londres, bien des compositions n’ont pas passé le couperet du tracklisting final. Et alors que Capitol prépare la sortie pour le mois d’août d’une réédition luxueuse du disque pour célébrer son cinquantième anniversaire, une démo inédite issues de ces sessions vient d’être dévoilée par le label en guise de premier hors d’œuvre. Cette pop-song charmante et quasiment finalisée voit Harrison, seul à la guitare et au micro, chanter l’attente de rejoindre un Cosmic Empire auquel la chanson emprunte son titre, tout en jouant sans complexe de son timbre falsetto. Bon voyage George.

à réécouter
Paul McCartney and George Harrison / Studio télé 1964 / Photo par Jim Gray