Menu
Écouter le direct

"Fine Anyway", trésor folk libanais des seventies de Rogér Fakhr

Publié lepar Guillaume Schnee
Rogér Fakhr / Habibi Funk
Rogér Fakhr / Habibi Funk

Le label Habibi Funk publie pour la première fois l'album du songwriter et guitariste libanais, chef-d'œuvre folk, pop, soul et jazz des années 70.

Le co-fondateur du label berlinois Habibi Funk, Jannis Stürtz, nous fait découvrir l'extraordinaire richesse des musiques pop et groove du monde arabe en exhumant ses trésors perdus, comme Mouasalat Ila Jacad El Ard, premier album inconnu du chanteur libanais Issam Hajali. Au cours de ses nombreux séjours à Beirouth, le digger entend parler à plusieurs reprises de Rogér Fakhr, songwriter et musicien révéré de la scène locale et guitariste de Fairuz ou Ziad Rahbani. Après avoir pris contact avec l'artiste vivant au Etats-Unis, le label publie l'album Fine Anyway, une sélection de 17 titres de Rogér Fakhr, dont certains inédits, enregistrés entre Beirouth et Paris dans les années 70. Un pur bijou de folk des seventies, copié à l’époque à la main sur environ 200 cassettes.

Fine Anyway est un nouveau témoignage de l'effervescence créative de la scène musicale libanaise multiculturelle qui absorbait, dans les années 70, les courants musicaux venus des Etats-Unis. Rogér Fakhr qui écrivait tous ses textes et composait ses musiques, délivrait une musique qu'on aurait pu croire venue tout droit de californie. Une musique folk épurée et intemporelle chantée magnifiquement en anglais, des arrangements soul et jazz, des sonorités psyché rock ou pop qu'il mêlait avec talent aux musiques libanaises. 

Comme bon nombre d'artistes, le chanteur et guitariste avait fuit la Guerre du Liban en 1976 pour s'installer à Paris où il vivait en colocation avec Issam Hajali, les deux musiciens ayant collaboré sur plusieurs projets. En tournée avec la chanteuse Fairouz, Rogér Fakhr s'est installé ensuite aux Etats-Unis où il vit encore.

Rogér Fakhr / DR / Habibi Funk
Rogér Fakhr / DR / Habibi Funk