Menu
Écouter le direct

En écoute : « When Smoke Rises », le premier album de Mustafa

Publié lepar Ghislain Chantepie
Mustafa Ahmed aka The Poet (Yasin Osman)
Mustafa Ahmed aka The Poet (Yasin Osman)

Le jeune songwriter de Toronto dévoile un disque de folk moderne qui puise dans l’héritage musical de ses racines soudanaises.

Il n’a que 24 ans et bien des regards, il y a quelques mois, se sont soudainement tournés vers lui. Lui, c’est Mustafa Ahmed dit « The Poet », ce jeune songwriter canadien qui depuis l’an dernier a surpris par l’intensité des quelques titres à la croisée du folk, du rap et du R'n'B qu’il a publiés alors comme spontanément sur sa chaine YouTube. 

Né à Toronto de parents soudanais, le jeune homme a grandi dans le quartier pauvre de Regent Park où les gangs faisaient la loi. Cette histoire, la sienne, il a commencé par l’écrire sous la forme de poèmes dès le plus jeune âge avant de la porter à l’écran sous la forme d’un court-métrage conviant la scène hip-hop (avec Drake en parrain de choix) à raconter la violence qui mine encore et toujours les communautés de sa ville natale.

Au début du mois de mars 2020, alors que la planète toute entière se confinait, Mustafa dévoilait un premier titre en nom propre où surgissait sa voix remarquable, mélange subtil de chaleur et de puissance assorti d’un clip tourné dans les rues de son quartier. Après un duo avec James Blake où les deux artistes ont mêlé leurs timbres sur un second titre en piano solo, le Canadien dévoilait encore à l’automne dernier une troisième pépite baptisée Air Forces et qui préfigurait la sortie d’un long-format.

Intitulé When Smoke Rises en hommage à son ami Smoke Dawg abattu à l’âge de 21 ans au cours d’une fusillade, ce premier album de Mustafa file au long de ses huit titres la formule inspirante du chanteur entre neo-soul, folk, et samples de chœurs traditionnels soudanais. Cet apport, puisé dans l’héritage musical de ses racines familiales, renforce l’intemporalité de plusieurs compositions d’un disque dont les plus belles pièces reposent sur cet équilibre hardi (Separate, Air Forces, The Hearse), et qui permet au chanteur de narrer avec une grande sensibilité l'histoire tragique des fantômes de son passé.