Menu
Écouter le direct

"Dead Club", la conversation sépulcrale de Tunng

Publié lepar Guillaume Schnee
Tunng / Lilias Buchanan
Tunng / Lilias Buchanan

Le sextet londonien de folktronica revient avec "Tunng presents ... DEAD CLUB" un album concept contemplatif en forme de conversations autour de la mort et du deuil et accompagné d'une série de podcasts.

Après la sortie de leur fantasmagorie subaquatique Songs You Make at Nightv sortie en 2018, Sam Genders, Mike Lindsay et leurs complices ont longtemps discuté de ce qui reste comme un tabou au-delà de tous les autres, la mort. Des conversations autour du chagrin, de la perte, le fait de mourir, l’endroit où nous allons, ce que deviennent ceux qui restent. 

Des réflexions ont amené les membres de Tunng à rencontrer Max Porter auteur de La Douleur porte un costume de plumes (Grief is The Thing with Feathers), qui signe deux titres sur l'album, mais aussi les philosophes Alain De Botton et A.C. Grayling, Max Porter, Derren Brown, la médecin de soins palliatifs Kathryn Mannix, une anthropologue médico-légale ou la musicienne Speech Debelle. De ces rencontres est née une série de podcasts puis l'album concept Tunng presents ... DEAD CLUB attendu le 6 novembre sur le label Full Time Hobby.

« Ce n’est pas seulement un disque, c’est une discussion, une série de podcasts, de la poésie, des nouvelles, c’est un examen » explique Mike Lindsay. Evitant l'écueil d'un album trop sombre, Tunng délivre ici une collection de titres contemplatifs avec la richesse sonore de ses compositions de folktronica rêveuse qui s'illuminent parfois vers des mélodies pop festives. Un travail d'orfèvre pour un sujet tabou qui s'est concentré cette fois sur le piano, instrument de l’émotion par excellence. 

Le groupe nous propose en musique une autre vision de ce qui occupe tant de place dans nos vies avec ce voyage sépulcral poétique et universel où s'invitent les innombrables attitudes culturelles à l'égard de la mort à travers Ibrahim Ag Alhabib de Tinariwen parlant des traditions qui entourent la mort chez les Touaregs du Nord-Mali, la méthode de rangement suédoise du « Death Cleaning » ou les références au peuple Wari d’Amazonie brésilienne, qui mange ses morts.

Tunng Presents​.​.​.​DEAD CLUB
Tunng Presents​.​.​.​DEAD CLUB