Menu
Écouter le direct

« America », le miroir brisé de Sufjan Stevens

Publié lepar Ghislain Chantepie
Sufjan Stevens à Washington en mai 2016 (Suzi Pratt/WireImage)
Sufjan Stevens à Washington en mai 2016 (Suzi Pratt/WireImage) ©Getty

Le songwriter américain vient de mettre en ligne un morceau-fleuve de 12 minutes, premier extrait d'un nouvel album attendu à la rentrée.

Sufjan Stevens, l'homme aux mille visages ? Voilà bientôt 20 ans que la voix frissonnante de ce musicien aux cordes innombrables parcourt l’échine des vastes étendues folk, couronné en cela par une nomination à l’Oscar de la meilleure chanson originale pour son joyau Mystery Of Love en 2018. Mais année après année, ce natif de Detroit s’est également sans cesse distingué pour son appétence insatiable à l’expérimentation, naviguant à cœur ouvert dans les hauts fonds de l’electronica, de la pop ou encore du rap alternatif - gagnant d’ailleurs le respect des plus grands parmi lesquels Kendrick Lamar, Mac Miller ou encore Childish Gambino.

Le talent musical exceptionnel de Stevens semble finalement lui brûler les doigts, jusqu’à l’aimanter continuellement vers de nouveaux horizons loin de ses pâturages folk. Ainsi, après avoir exploré des labyrinthes new-age avec son beau-père Lowell Brahms sur un disque à quatre mains publié au mois de mars, le songwriter annonce cette semaine son retour en solo avec la sortie dès septembre d’un quatrième album studio intitulé The Ascension. 

Cinq ans après le magnifique Carrie & Lowell¸ ce nouveau disque pourrait s’inscrire dans la lignée de son prédécesseur puisque certaines de ses compositions proviennent des mêmes sessions d’enregistrement. C’est le cas de cet America dévoilé aujourd’hui, premier extrait de The Ascension et qui prend la forme d’un morceau-fleuve de plus de 12 minutes. Très synthétique, le titre navigue entre pop orchestrale, échappées atmosphériques et détours improvisés. Un manifeste « prémonitoire » pour son auteur puisqu’il conte une Amérique défigurée à laquelle Stevens ne veut plus ressembler, un miroir brisé qui doit pousser le monde à « continuer d’avancer ».