Menu
Écouter le direct

À Rennes, les Trans résonnent au féminin

Publié lepar Ghislain Chantepie
Star Feminine Band aux Trans Musicales de Rennes le 03 décembre 2021 | G. Chantepie
Star Feminine Band aux Trans Musicales de Rennes le 03 décembre 2021 | G. Chantepie ©Radio France

De tous genres et de tous horizons, l’énergie des musiciennes les plus actuelles a fait vibrer hier la seconde soirée du festival rennais.

C’est un vent de fraicheur qui a soufflé hier soir au Parc des expositions de Rennes. Tandis que les voix du monde avaient célébré jeudi les retrouvailles des Trans avec son public, c’est une sélection féminine de nombreux groupes et formations pleines de talent qui a cette fois-ci réveillé le grand festival rennais.

En guise d’ouverture des hostilités au tout début de la soirée, c’est le power trio malgache LohArano qui a soudainement fait passer le volume du Hall 03 dans le rouge avec ses riffs métalliques et ses rythmiques ternaires héritées des traditions tribales de l’île. Emmené par leur chanteuse Mahalia au féminisme assumé, le groupe a décapé de ses décibels un public déjà compact et tenu sa promesse de suivre les brillantes traces de leurs compatriotes Dizzy Brains qui avaient déjà fait sensation à Rennes il y a six ans.

Loharano aux Trans Musicales de Rennes le 03 décembre 2021 | G. Chantepie
Loharano aux Trans Musicales de Rennes le 03 décembre 2021 | G. Chantepie ©Radio France

Plus tard, c’est au Hall 08 qu’une foule nombreuse attendait avec impatience les jeunes sensations annoncées du Star Feminine Band. Cet orchestre de poche aux sept visages enfantins a de fait affiché une maturité et une méthode impressionnantes, à coup de guitare, basse, batterie, clavier et percussions variées. Aussi ludiques qu’entêtants, leurs rythmes électriques ont puisé dans la tradition autant que dans l’énergie du rock pour incarner plus que jamais l’avenir et l’espoir de la jeunesse béninoise.

Au Hall 03 encore, c’est le quintette catalan Maruja Limon qui a remis le son avec brio dans une version pop-flamenco. Là encore, c’est en chantant le quotidien que ces cinq Barcelonaises ont emporté l’adhésion du public, livrant une leçon de vie et de musique rayonnante entre rythmes cubains, cuivres, et claquements de mains las palmas. Aux platines de l’immense Hall 09 qui ouvrait ses portes ce vendredi soir, la DJ franco-algérienne Paloma Colombe survolait au même moment les frontières géographiques et culturelles avec un mix mêlant la techno glacée aux inspirations berbères et orientales.

Prya Ragu aux Trans Musicales de Rennes le 03 décembre 2021 | G. Chantepie
Prya Ragu aux Trans Musicales de Rennes le 03 décembre 2021 | G. Chantepie ©Radio France

Quasiment au bout de la nuit, sur la scène du vaste Hall 09 là encore, attendait pourtant son heure l’une des véritables stars de ce vendredi soir. Il fallait être là pour découvrir en live Priya Ragu, cette jeune chanteuse zurichoise qui brûle toutes les étapes après s’être révélée au monde l’an dernier avec son tube Good Love 2.0. Ambassadrice d’un groove moderne perfusé à ses racines sri-lankaises, la chanteuse accompagnée sur scène d’un clavier et d’un batteur a conquis instantanément la salle avec son cocktail métissé de soul et de hip-hop universel. Une confiance et un talent quasi-solaire qui semblent lui ouvrir aujourd’hui les portes de tous les possibles.

FIP est partenaire des 43e Trans Musicales de Rennes. Sessions vidéo, concerts live, interviews suivez les Trans sur fip.fr durant tout le festival avec Culturebox.

À lire aussi
Loharano aux Trans Musicales de Rennes le 03 décembre 2021 | Ghislain Chantepie