Partenariat fip

Edmony Krater "An Ka Sonjé"

Edmony Krater

Le chanteur et trompettiste guadeloupéen dévoile un nouveau projet. Partant des rythmes du gwoka, il invente sa propre voie, universelle et contemporaine.

Pour les amateurs de musique antillaise, son nom résonne comme un tonnerre de mains s’abattant sur des peaux. Et pour cause. Depuis la fin des années 70 et la formation Gwakasonné, Edmony Krater est une référence en matière de gwoka, ce style typiquement guadeloupéen marqué par le passé esclavagiste où tambour ka et percussions sont le socle. Avant-gardiste, percussionniste, chanteur, trompettiste, Edmony s’est toujours appliqué à faire évoluer le gwoka, à le nourrir des influences, des préoccupations et des vibrations du moment.

Discret en dépit de collaborations avec Bernard Lubat et Claude Nougaro, d’une discographie conséquente et de livres pour enfants couronnés de prix, c’est par le biais de la réédition de Ti Jan Pou Velo , son album enregistré en 1988 avec son groupe Zepiss, qu’Edmony Krater s’est retrouvé à nouveau dans la lumière. Un disque devenu, avec le temps, rare et précieux et possédé seulement par les collectionneurs avisés. Parmi eux, Julien de Digger’s Digest qui, avec Heavenly Sweetness, le remit sous presse en 2015, suscitant engouement et rapide épuisement des stocks .

Edmony Krater par Thierry Château

Edmony Krater par Thierry Château

Aujourd’hui, c’est avec un album entièrement inédit que se poursuit la collaboration entre Edmony Krater et le label parisien. L’improvisation, ce pilier fondateur du gwoka, Edmony et son pianiste Franck Souriant l’ont mise au centre de la création d’An Ka Sonjé , composant des morceaux aux structures conventionnelles couplets / refrain qui, au fil des mesures, brisent leurs chaînes pour marronner dans des soli. Avec l’envie et l’inspiration de l’instant comme seuls guides, avec l’oreille experte de son complice de toujours Tcharly Guillou pour capter au plus près les notes sortant des instruments et la résonnance des percussions, Edmony et son groupe (Pascal Bilongue, Kulusé Souriant et Julian Babou) perpétuent ce chant d’insurrection.

Le groupe exprime ainsi puissamment l’identité guadeloupéenne dans son histoire comme dans son présent, dans des enluminures jazz brodées de claviers, de pianos électriques et de trompettes, les cordes de basse tendues vers le funk. Le battement du tambour ka comme moteur principal qui actionne les autres éléments. La colonne vertébrale s’assouplit quand vient le moment de la fête mais se durcit quand l’heure est au combat; l’arbre dont Edmony s’applique à faire pousser d’autres branches, sans jamais en couper les racines Caribéennes.
Edmony Krater en concert :

Le 6 février L'usine à musique Toulouse, Midi-Pyrénées
Le 12 février Edmony Krater & Lucibela au Festival Au Fil des Voix Paris, Ile-de-France
Le 18 février La Cigale Paris, Ile-de-France