Menu
Écouter le direct

Son Little

Publié le
Pochette pour "Son Little"
Son Little
Son Little
LABELBecause Music
SORTIEnovembre 2015

Révélé par The Roots et encensé par Mavis Staple, le songwritter Son Little étonne et bouleverse avec un premier album audacieux et inclassable.

Los Angeles, New York, Philadelphie, Detroit, pour Aaron Livingston alias Son Little, chacune de ces villes où il a vécu est synonyme de rencontres, d'apprentissages musicaux. Il perçoit une carte géographique dans sa musique; il y reconnaît tous les lieux où il a vécu, voyagé et où il a joué, des endroits explorés et découverts. Ce jeune trentenaire, fils d’un pasteur et d’une institutrice, est aussi inspiré par Nirvana, Nas ou Coltrane, par le rock, la soul, le blues et l'électro-acoustique.  D'une timidité presque maladive comme on a pu l'entendre aux dernières Trans Musicales , Son Little ne se voit pas chanter et pense un temps abandonner la musique. C'est le manageur du groupe hip hop The Roots qui le relance, la suite est comme un rêve. Après un remix pour RJD2, l'icône soul-gospel de Chicago Mavis Staples lui demande de produire et d'écrire pour son nouvel EP "Your Good Fortune ". Après la sortie d'un mini-album "Things I Forgot", Son Little a dévoilé en décembre son premier album éponyme.

Vous pouvez ()écouter son Live aux Trans Musicales de Rennes 2015 ici =- 

Un timbre de voix enchanteur, un chant incantatoire, Son Little pose ses mots, choisis avec soin et délivrés avec habileté, aborde les questions de relations entre les races et les classes autant qu’avec les gens et les projets. Sa chanson "O Mother" résonne comme un cri de désespoir après la mort d'un jeune Afro-Américain tué par la police et nous plonge dans une soul vintage proche de celle de Leon Bridges. Faisant fi des genres musicaux Son Little semble avoir parfaitement intégré l'héritage musical d'un siècle de la musique US. Avec un brin d'audace, Son Little a réussi à façonner son propre son, un blues profond qui lui appartient; un tour de force pour un premier album.

J’entends des lieux dans mes chansons : j’entends Lake Charles en Louisiane dans ma voix, ma façon de prononcer certains mots; j’entends New York dans mes paroles. Je n’ai pas passé beaucoup de temps à Detroit mais si j’explore la musique de Detroit je m’y entends aussi. Chacune des chansons a quelque chose comme ça, dans les paroles et aussi dans la musique. Je laisse les choses être ce qu’elles sont. Son Little

Son Little / Anthony Saint James ©Radio France