Menu
Écouter le direct

Radio Siwèl

Publié le
Pochette pour "Radio Siwèl"
Radio Siwèl
Mélissa Laveaux
LABELNo Format!
SORTIEjanvier 2018

Embarquez pour Haïti auprès de Mélissa Laveaux qui fait resurgir l'histoire peu connue de l'île au travers de ses chansons en créole.

La chanteuse évolue depuis 10 ans sur la scène internationale. Haïtienne de la diaspora installée au Canada depuis l’enfance, son premier album Camphor & Copper avait fait des émules, montrant à la face du monde un folk-blues haïtien dont elle a le secret et son amour pour Martha Jean-Claude, artiste iconique de la résistance au régime de François Duvalier. L’album Radyo Siwèl  est le fruit d'un véritable travail ethnomusicologique. L’artiste puise dans les racines musicales et politiques de Haïti pour en exhumer comptines et chants perdus, avec l’objectif de mettre en avant une période historique peu racontée de l’histoire haïtienne, l’occupation américaine entre 1915 et 1934.

Le patrimoine de textes créoles utilisés et les inspirations vaudous rappellent combien la musique a pu être un instrument de résistance avoir un impact politique fort lors de cette douloureuse période où les citoyens haïtiens se sont vu changer leur constitution par l’occupant. Les chants de la quotidienneté prennent alors une dimension éminemment politique contre les exactions et deviennent un élément essentiel de la préservation de la culture autochtone. Sur la chanson* Jolibwa* :

C’était un militant qui s’opposait à la présence américaine. Il a été emprisonné et il est mort en prison. J’avais trouvé un fragment de texte, tiré d’un bouquin introuvable dont une seule page avait été scannée et mise sur le net. Le texte que j’avais trouvé, c’était "Ah Joli Bois, Sortez-le de prison, et si vous voulez  
mettre un corps en prison, alors prenez le mien."

A l'écoute sur ce disque, 12 morceaux qui rendent donc hommage à la tradition haïtienne et mélangent les genres entre folk, rock et blues haïtien ou parfois même un merengue lent sur Twa Fey. Enregistré en 5 jours seulement, le résultat n’est pas pour autant baclé et offre des sonorités authentiques et travaillées, une musicalité appuyée par l'emploi du créole. Sur des comptines et des airs vaudous aux rythmes lents, le tres, petite guitare typique de la musique latine, joue la mélodie et pointe le rythme. De nombreuses reprises de grands artistes haïtiens avec Ti-Coca  sur Twa Fey, le Nan fon bawa  de Frantz Casseus  ou Legba na konsole  d’Emerante de Pradines  inspirent mélancolie et nostalgie pour illustrer un pan sombre de l’histoire.

FIP avait enregistré un live de Mélissa Laveaux en 2013, nous vous laissons le (re)découvrir.