Menu
Écouter le direct

Music Is My Hope

Publié le
Pochette pour "Music Is My Hope"
Music Is My Hope
Raphaël Imbert
LABELJazz Village
SORTIEdécembre 2017

Le saxophoniste humaniste continue ses aventures avec une fresque magistrale de spiritual jazz où les voix chantent l'espoir.

Chaque création du saxophoniste français est un voyage, une épopée musicale qu'on a hâte de découvrir et de vivre tant Raphaël Imbert  est un conteur exceptionnel. "Je suis partout chez moi grâce à la musique " nous disait-il sur Music Is My Home , un merveilleux périple sur les terres métisses du Deep South américain. Avec son nouveau projet Music Is My Hope, Raphaël Imbert nous emmène à cet endroit où la musique est essentielle et brûlante, et réunit dans un même souffle la protestation, la prière, l’activisme, l’amour, le sacré et le profane. Une musique qui ravive les flammes de nos espérances amoureuses, politiques et universelles.

Sur ce nouveau projet chaque titre à sa couleur musicale et ses rythmes comme pour mieux exalter les chants habités de Aurore Imbert, Marion Rampal, Manu Barthélémy et le bluesman américain Big Ron Hunter, déjà présent sur sa précédente aventure. Au-delà du blues des origines, Raphaël Imbert invoque ici les appels du spiritual, les revendications de la soul et des protest songs, les introspections du folk et des chants populaires qui font oeuvre commune et collective. En retrouvant ses sources, la musique réveille la fraternité, la contestation, l’affirmation, le désir et l’allégresse.

 Raphaël Imbert © Muriel Despiau
Raphaël Imbert © Muriel Despiau ©Radio France

Plus expressif que jamais le saxophone et la clarinette basse de Raphaël Imbert semblent crier, prier, pleurer ou s'enflammer dans des chorus torrides ou lyriques, sublimés par les accords parfaits des guitares de Pierre Durand et Thomas Weirich, les claviers de Pierre-François Blanchard ou la batterie de Jean-Luc Di Fraya. Lancés dans cette quête d’espoir, ces voyageurs rêveurs dessinent une fresque musicale du chant de l’âme qui s’ouvre sur la voix de Paul Robeson, acteur-chanteur noir-américain et icône des droits civiques, lisant le dernier monologue d’Othello  de Shakespeare, invite, dans une église, l'esprit du pionnier de la musique folk engagée Pete Seeger dans une église.

Les artistes revisitent le chef-d’oeuvre Circle Game  de Joni Mitchell, le chant populaire provençal Vaqui lo polit mes de mei, l'hymne antifasciste Peat Bog Soldiers  ou le spiritual de l’émancipation Didn’t My Lord Deliver Danie l. Sur le standard Blue Prelude  cher à Nina Simone, les chanteuses Aurore Imbert et Marion Rampal irradient dans un blues électrique incantatoire. Sortis de l'imaginaire fertile et poétique de Raphaël Imbert; Easter Queen, une ballade splendide et Here’s A Song  au swing chaleureux, complètent cette oeuvre incroyable que nous aurons bientôt la chance de vous présenter en live le 25 janvier 2018. Un Live à Fip enregistré à Marseille à la Friche Belle de Mai avec celui de la chanteuse Melanie de Biasio..

Raphaël Imbert est en concert:
le 18 janvier au Bal de la Rue Blomet à Paris
le 14 févier à l'Alhambra (Paris) dans le cadre du festival Au Fil des Voix
le 23 mars au Petit Duc à Aix-en-Provence