Menu
Écouter le direct

Man Made Object

Publié le
Pochette pour "Man Made Object"
Man Made Object
GoGo Penguin
LABELBlue Note
SORTIEjanvier 2016

Après "v2.0" le jeune trio mancunien sort son nouveau projet acoustico-électronique "Man Made Object" sur le label Blue Note. GoGo Penguin est en concert le 15 février à La Maroquinerie (Paris).

Une bonne nouvelle pour tous les amateurs de la jeune scène jazz anglaise, le trio GoGo Penguin  présente un nouvel album "Man Made Object " le 5 février. Composé du pianiste Chris Illingworth, du bassiste Nick Blacka et du batteur Rob Turner, GoGo Penguin est ce qui se fait de mieux actuellement dans l'art de recréer de la musique électronique avec des instruments acoustiques. Influencés tout autant par des artistes tels que Brian Eno, John Cage, Massive Attack, Aphex Twin ou Amon Tobin que par la rythmique et l'improvisation jazz, le trio est étroitement lié à la scène jazz de Manchester. Leurs deux premiers albums sont ainsi sortis sur Gondwana Records, le label de leur ami Matthew Halsall et chaque musicien a fait ses armes dans les clubs jazz de la ville.  Depuis les trois complices ont multiplié les projets.

A écouter : Sous les jupes de Fip invite GoGo Penguin  ► ► 

Un bon nombre des chansons de l’album proviennent de morceaux que j’ai composés avec des logiciels de séquençage comme Logic ou Ableton. Après avoir enregistrés ces maquettes, je les faisais écouter aux autres et on trouvait ensemble un moyen de les jouer avec nos instruments. Rob Turner

Les trois musiciens ont multiplié les tournées avec leur album "v2.0", nommé aux Mercury Awards. Ils ont interprété en live la bande-son de "Koyaanisqatsi", à l’occasion d’une projection du film culte de Godfrey Reggio, et collaboré avec la célèbre chorégraphe Lynn Page sous l'égide de Gilles Peterson… Comme l'album précédent, "Man Made Object" a été enregistré et produit par Joe Reiser et Brendan Williams aux studios Giant Wafer au cœur du pays de Galles et à Manchester. En véritables alchimistes du son, les trois Mancuniens livrent un nouveau bijou d'inventivité où le son d’un synthétiseur est restitué en enveloppant les cordes de son piano de sopalin, où les motifs rythmiques et les mélodies hypnotiques naissent d'un son de téléphone portable. Une musique aussi singulière qu'exaltante.

© ©Radio France