Menu
Écouter le direct

La Pantoufle

Publié le
Pochette pour "La Pantoufle"
La Pantoufle
Forever Pavot
LABELBorn Bad records
SORTIEoctobre 2017

Le groupe conduit par Emile Sornin revient dans une comptine jazz de 13 titres excentriques et mélancoliques.

Chaussez vos charentaises en feutre rouge et entrez dans l’univers fantasmagorique plein d’humour et d’autodérision de Forever Pavot, qui ne laisse pas de côté une belle maîtrise musicale. Une petite perle aux tons hivernaux qui sort chez Born Bad Records.
Les pérégrinations musicales du cagouillard Emile Sornin, le leader du groupe français, continuent après les albums Rhapsode  et Le Bon Coin Forever, où cet aventurier moderne du son partait à la rencontre des habitants du Poitou-Charentes et de leurs instruments insolites. Un artiste qui violente les lignes du pop-rock hexagonal, dans le sillage d'Aquaserge ou Philippe Katerine.

 Photo de Corentin Fohlen
Photo de Corentin Fohlen ©Radio France

Sur La Pantoufle  on retrouve bien sûr le clavecin  cher au leader et toute une tripotée de vielles machines analogiques, façonnant une pop-baroque et lunatique qui poursuit une trajectoire déjà bien lancée en orbite sur les bandes-originales des musiques de film français des années 60 et 70. Sans surprise et assumée, l’influence de Francis Lai, François de Roubaix et Phillipe Sarde  se fait nettement sentir, dans des compositions très cinématographiques. L'album est en fait conçu comme un film et dessine des images-sons. Les thèmes à dominance mineurs sont doublés d'une rythmique implacablement jazz et d'un récit comico-tragique qui donne un résultat quelque peu inquiétant, mais qui a la vertue d'aiguiser les sens de l'auditeur.

La densité musicale des morceaux se juxtapose à une poésie minimaliste. On y perçoit des bribes de souvenirs qu'Emile-enfant raconte en français, parfois flous voire carrément surréalistes. Le décor est vert et trouble, entre les trésors du jardin de grand-mère et la forêt sombre où les corbeaux croassent la nuit. La teinte générale de l'album est plutôt obscure mais finit sur une note claire avec le titre La belle affaire. Les genres se confondent entre polar sur Au pas de l'assassin, romance ou érotisme sur *Jonathan et Rosalie * ou Les cordes  et encore comédie sur La pantoufle est dans le puits. Forever Pavot s’affirme dans un scénario musical sans retenue, à la fois authentique et contradictoire.