Menu
Écouter le direct

Kôlam

Publié le
Pochette pour "Kôlam"
Kôlam
Prabhu Edouard
LABELLokanga
SORTIEseptembre 2016

Le percussionniste franco-indien Prabhu Edouard sort "Kôlam", un premier album exaltant à découvrir le 13 novembre sur la scène du New Morning à Paris.

Motifs géométriques dessinés au sud de l'Inde par les femmes, les Kôlams sont à l'image de la musique de Prabhu Edouard , éphémères et poétiques, gardiens d'une certaines tradition prônant la liberté d'expression et l'improvisation. Originaire de Pondichéry (ville du Sud-Est de l'Inde), c’est en France qu’adolescent, il a découvert les percussions indiennes. Prabhu Edouard s'est rendu à Calcutta pour y devenir le disciple du maître des tablas feu Pandit Shankar Ghosh. Ce dernier l’initie à l’art savant des rythmes indiens et fait de lui l’un de ses plus charismatiques représentants en Europe.

Rythmicien nomade ouvert à l'expérimentation musicale, il a joué et enregistré aussi bien avec les plus grands maîtres de l’Inde (Hariprasad Chaurasia, Shri Barun Kamur Pal, Shri Kushal Das, Lakshmi Shankar) qu'avec les musiciens européens adèptes des fusions musicales Nguyên Lê (qui mixe ici l'album), Joachim Kühn, Jordi Savall, Vincent Segal, Magic Malik…). Entouré d'un quartet éclectique et d'une pléiade d'invités, Prabhu Edouard sort enfin son premier album, Kôlam, un voyage musical dont la poésie rythmique est le langage universel.

Enregistré entre Paris, Leeds, Mumbai (Bombay) et Kolkata (Calcutta), Kôlam oscille entre musiques traditionnelles indiennes, arabes et jazz-fusion occidental. Ici les rythmiques hypnotiques des tablas croisent le groove de la basse Johann Berby, les flûtes envoûtantes et les boucles électros de Sylvain Barou, le santoor Sandip Chatterjee ou les chants de Manickam Yogeswaran. Chez Prabhu Edouard une pièce pour danse Kathak (danse classique indienne) se transforme en clin d'oeil à bollywood, un poème du mystique Lalon Fakir se danse façon Gnawa marocain, et l'art du sarangi Sultan Khan prend des airs électros. 

Le subcontinent indien est une vaste terre marquée par la diversité et les contrastes. Il en va de même pour sa musique, une multitude née d’une même source organique comme la poudre de riz qui fait jailir une myriade de kôlams. J’ai donc choisi quelques unes de ses vibrantes couleurs pour les répandre sur de nouveaux motifs nés de rythmes, sons et fragrances que j’ai glanés dans divers jardins musicaux où mes tablas se sont promenés. Prabhu Edouard

Prabhu Edouard/Seheno ©Radio France