Menu
Écouter le direct

Tamikrest invite Hindi Zahra sur "Timtarin"

Publié lepar Guillaume Schnee
Tamikrest / Photo Ishida Masataka
Tamikrest / Photo Ishida Masataka

La formation touareg sort "Tamotaït", un cinquième album rock de résistance et d'espoir écrit dans le désert et sur une île reculée du Japon.

« La définition de l’album est là, dans son titre» , explique le chanteur, guitariste et auteur Ousmane Ag Mossa. « Tamotaït signifie l’espoir d’un changement positif. » C'est donc un vent optimiste qui souffle sur ce cinquième album de Tamikrest qui continue de mêler la culture ancestrale du peuple Kel Tamsheq (Touareg) à un rock puissant et aux sons du monde absorbés au cours de ses tournées. Un chant de résistance et une poésie guidée par l’espoir d’un retour pour ce groupe en exil qui depuis la guerre au Mali a quitté ses terres ancestrales sahariennes de Kidal pour vivre entre Tamanrasset, en Algérie, à Paris, et parfois entre les frontières algériennes et maliennes.

Sur le titre Timtarin, Tamikrest nous plonge dans un blues rock onirique et nostalgique sublimé par la voix magnifique et rêveuse de la chanteuse franco-marocaine Hindi Zahra  rencontrée lors d'un concert à Bruxelles. Ce nouvel album est sans doute le plus aventureux du groupe propulsant ses mélodies et son rock touareg jusqu'aux contrées lointaines des îles reculées du Japon. En tournée dans le Pays du Soleil-Levant, Ag Mossa s'est imprégné de la musique locale et a écrit plusieurs titres. De cette aventure est né le titre lumineux Tabsit où le shamisen et le tonkori à cinq cordes des invités Atsushi Sakta et Oki Kano glissent autour des guitares et des percussions du groupe. Le reste de l'album a été enregistré en France et produit par David Odlum qui apporte cette alchimie parfaite entre sonorités vintage et musique moderne qui culmine dans ce nouvel album attendu le 27 mars sur le label Glitterbeat.

Pour les compositions, certaines pièces partent d’un riff, d’une mélodie ou d’un rythme, et chaque musicien ajoute ensuite sa contribution. L’idée était de garder un fil conducteur, la musique tamasheq, et de lui faire traverser différents mondes, qu’ils proviennent de nos influences ou des rencontres lors de nos voyages.

Tamikrest est en concert :
le 19/05 : à l'Esp. Django Reinhardt à Strasbourg
le 20/05 : au New Morning à Paris