Menu
Écouter le direct

"Pwanga", la lumière des rythmes du monde de Lúcia de Carvalho

Publié lepar Guillaume Schnee
Lúcia de Carvalho / Frank Lorioux
Lúcia de Carvalho / Frank Lorioux

La chanteuse et percussionniste angolaise publie un deuxième album en forme de voyage poétique et rythmique exaltant.

Née à Luanda, Lúcia de Carvalho a vécu au Portugal avant de s'installer à Meistratzheim, un petit village alsacien et de faire ses débuts avec le groupe Som Brasil. Au gré de ses voyages initiatiques à Salvador de Bahia ou en Angola, l'artiste développe son discours musical métisse et publie en 2016, avec le bassiste Edouard Heilbronn, son premier album, Kuzola ("Amour" en kimbundu). Avec Pwanga, attendu le 14 janvier sur le label Zamora, la chanteuse poursuit sa quête d'une musique universelle et lumineuse trouvant racine en Occident, au brésil, en Afrique ou en Orient.

Sur cette deuxième œuvre les instruments traditionnels comme le bérimbau s'inscrivent dans des productions contemporaines et les genres musicaux s'entremêlent toujours avec la même énergie baignée de douceur bienfaitrice. Qu'importe que l'artiste chante en tchokwe, en portugais, en anglais ou en français, sa poésie humaniste et féministe vous transperce quand elle nous emmène, sur Phowo, chez ces femmes qui passent leur journée aux champs, au cœur de l’Angola ou qu'elle se lance sur le gospel puissant Happiness. Lúcia de Carvalho joue de sa voix comme de la musicalité des mots dans ce voyage musical intense qui s'invite parfois en Orient, en Europe de l’est et en Asie centrale ou s'inspire des mélodies et des rythmes arabo-andalous ou gnawa.

Dieu m’a fait forte dans l’effort et dans la douceur. Il y en a qui nous méprisent ou qui nous voient comme faibles, mais en moi existe une force qui porte l’humanité. (Lúcia de Carvalho)