Menu
Écouter le direct

Norig dévoile son puissant "Camaraula"

Publié lepar Catherine Carette
Norig - Photo de Yan Senez
Norig - Photo de Yan Senez

La chanteuse française d’origine espagnole, passionnée de culture tzigane, sort un nouvel opus pénétrant entre pop et folk.

Initiée très jeune au chant tzigane, Norig s'est éprise du cri d'un peuple qui fait écho à son âme, après avoir vu Le Temps des Gitans de Kusturica. Elle s'est imprégnée de cette culture et lui rend hommage à sa façon. Après Ionela chanté en français, entre ballade et rock, elle dévoile le 27 mars prochain son dernier disque Norig & No Gypsy Orchestra, aux couleurs plus pop, réalisé avec des musiciens incroyables et inventifs, la meilleure des teams, souligne t-elle.

J'espère que vous l'aimerez, que quelques-unes de nos chansons vous accompagneront, de quoi guincher, frissonner, rêver aussi... écoutez-le, partagez-le, l'important, pour nous, est que tout cet engagement musical vive en ces temps difficiles.

Depuis son premier album Gadji, aux croisements des traditions balkaniques, du jazz manouche et du tango, Norig, surnommée alors la “nouvelle voix tzigane française” s'est nourrie de belles rencontres avec Teofilo Chantre, Babx ou encore, le réalisateur Tony Gatlif. Ce dernier l’invitait sur la B.O. du film Exils et sur le spectacle Django Drom, aux côtés de Didier Lockwood, Biréli Lagrène et Stochelo Rosenberg, puis de nouveau sur son film Indignados (2012). 

On se souvient aussi de sa participation au “Cabaret déraciné”, en hommage aux génocides arménien, juif et tzigane, aux côtés de la pianiste Macha Gharibian. On aime ce chant viscéral à la croisée des Balkans, qui évolue entre pop et folk moderne. Un bijou à se mettre dans les oreilles si l'on ne craint pas d'être secoué.

Norig - Photo de Yan Senez
Norig - Photo de Yan Senez

« Port altier et voix qui vous dresse le système pileux, dans les ballades à l’odeur de drame comme dans les chansons à ripaille, Norig, adoptée par les Tziganes à la peau tannée qu’elle fait fondre comme des gosses, est déjà une grande ›› Rémy Kolpa Kopoul.