Menu
Écouter le direct

"Navegar", la croisière tropicaliste de João Selva à travers l’Atlantique Noir

Publié lepar Guillaume Schnee
Joâo Selva / Photo JP Gimenez
Joâo Selva / Photo JP Gimenez

L'artiste brésilien présente en avant-première la vidéo de "Navegar", un hymne métisse et festif à la tolérance extrait de son deuxième album.

Originaire d’Ipanema, João Selva est de ces poètes nomades absorbant les vibrations musicales et culturelles à chaque escale de ses voyages pour construire son univers musical tropicaliste sans cesse réinventé. Sur son deuxième album, Navegar, le Lyonnais d'adoption nous embarque dans un nouveau périple inspiré du concept de «Black Atlantic» (le livre de Paul Gilroy), soit l'émergence d'une culture mixte basée sur les allers-retours de la diaspora africaine dans l'Atlantique, intégrant librement des éléments africains, latins, américains et des cultures des Caraïbes." Un nouveau bijou de pop tropicale exubérante et une croisière musicale exaltante dont les pulsations nous invitent à Rio, au Nordeste brésilien, dans les Caraïbes, au Cap Vert ou en Angola.

Cette chanson, Navegar, est une itinérance musicale autobiographique, une sorte de géographie de ma musique.

Enregistré suite à un voyage au Brésil fin 2019 avec son complice multi-instrumentiste Bruno Patchworks, l'album est une ode à la créolité et à la tolérance rythmée par un groove festif, les rythmes brésiliens et ceux des anciennes colonies portugaises comme le forró, le kompa, le funaná ou le semba. Sur le premier single, Navegar, João Selva et son producteur revisitent le rythme afro-brésilien Afoxé avec notamment le berimbau de la Capoeira. Ils rendent hommage aux cultures de cet "Atlantique Noir" lusophone qu'il on parcouru en mêlant avec élégance les références culinaires et musicales. 

"A Bahia j'évoque la samba et le piment, à Olinda je me déguise pour le carnaval, je danse le Kompa dans les Caraïbes, je me délecte d’une cachupa et du funana à Cabo Verde… clairement tous ces lieux m’ont transformé énormément."

Joâo Selva / Photo Mateus SA
Joâo Selva / Photo Mateus SA

C'est cette idée que tout ce que nous vivons nous change profondément que Mica Jennings illustre dans la vidéo animée de ce premier titre, où le jaguar, l'animal emblématique du continent sud-américain, change au gré de ses voyages et de ses rencontres. "Comme moi, il navigue dans la vie à la recherche d'amour et de rencontres magiques. Un clin d’œil à la théorie d’Anthropophagie Culturelle théorisée par Mario d'Andrade au début du XXe, soit cette capacité à   « manger » la culture de l’autre pour devenir une nouvelle entité comme les Amérindiens mangeaient leurs ennemis pour s’accaparer leurs forces." explique João Selva

Joâo Selva - album "Navegar"
Joâo Selva - album "Navegar"

Fils d’un pasteur d’Ipanema, João Selva a grandi à Rio de Janeiro dans une communauté d’anciens prisonniers et d’artistes convertis. Après s'être initié aux musiques brésiliennes (capoeira angola, samba de roda, maracatu, coco de roda), l'artiste parcourt le monde et s'installe à Lyon. Il intègre le trio Forró de Rebeca, rencontre les musiques électroniques au sein du projet Sociedade Recreativa, joue avec sa compatriote Flavia Coelho, invitée sur l'album, et se lance en solo après sa rencontre avec Bruno Patchworks. Trois ans après son premier long-format Natureza, c'est sur l'incontournable label défricheur Underdog Records que le Brésilien sortira, le 2 avril, son nouvel album Navegar.

João Selva est en concert le mardi 9 février au 360 Paris Music Factory dans le cadre du festival Au Fil des Voix.