Menu
Écouter le direct

Le grand Melingo et son bouleversant "Oasis"

Publié lepar Catherine Carette
Melingo - Photo d'Alfredo Srur
Melingo - Photo d'Alfredo Srur

Le Tom Waits argentin du tango des bas-fonds présente un nouvel album magnétique toujours peuplé de personnages surréalistes.

Le chanteur et compositeur poly-instrumentiste Daniel Melingo, ex-icône punk et figure mythique de la scène rock destroy, est passé aussi par le funk, le reggae, le classique, la pop ou encore le flamenco avant de redécouvrir le tango de sa ville natale, il y a une quinzaine d’années. Si ses derniers disques témoignent de l’histoire de Buenos Aires en portant les textes de poètes comme Carlos de la Pua, Evaristo Carriego ou Luis Alposta, il réinvente un tango populaire iconoclaste, à son image. Pour les textes d'Oasis, Melingo a collaboré avec le scénariste et journaliste Rodolfo Palacios et avec ses amis-ie poètes Luis Alposta, Maria Celeste Torre et Andre Calamaro.

L'album clôt la trilogie entamée en 2014 avec Linyera suivi de Anda" dans laquelle il suit les aventures de ce clochard céleste nommé Linyera (voyou en argot), qui croise un diseur de bonne aventure, une femme-chamane, une danseuse muette, des mercenaires sentimentaux...

Acteur et compositeur pour le cinéma à ses heures, sa musique évoque parfois la B.O d’un film sombre, riche d'influences multiples (blues, bossa, candombe). Ce nouvel album est une quête initiatique pour laquelle l'argentin d'origine grecque convoque aussi le rebetiko, la musique du ghetto dans la Grèce des années 1920. Melingo ne connaît aucune limite esthétique et sa voix rocailleuse fait naître un tango marginal chanté en lunfardo, un argot des banlieues de Buenos Aires devenu un genre littéraire, qui mêle l'italien, l'espagnol et quelques mots de français. 

Melingo est né en 1957 à Parque Patricios, le mythique quartier sud de Buenos Aires où les hommes et les femmes s'entraînaient séparément avant de se rendre dans les milongas. Il suit une formation musicale au conservatoire en musicologie, ethnomusicologie, composition et musique contemporaine, tout en apprenant la clarinette. Il s'installe en 1978 au Brésil pour fuir la dictature militaire et joue notamment avec Milton Nascimento auprès de qui il a prend conscience des racines africaines du tango. Le chantre des exclus s'est donné depuis longtemps pour mission de mettre en musique les oubliés et les miséreux.

Melingo - Photo d'Alfredo Srur
Melingo - Photo d'Alfredo Srur

On aime son tango canaille, la fêlure de sa voix grave qui chante comme personne les misères et les grandeurs de l'âme humaine pour faire renaître les corps et les cœurs meurtris. 

Oasis sort le 20 mars sur le label Buda Musique
Melingo : clarinette, Muhammad Habbibi Guerra : guitare électrique, bouzouki, Facundo Torres : bandonéon, Juan Ravioli : clavier, basse, Rodrigo Gomez : batterie

Oasis - Melingo
Oasis - Melingo