Menu
Écouter le direct

"Visto en el Jueves" la mémoire flamenca de Rocío Márquez

Publié lepar Guillaume Schnee
Rocío Márquez / Photo A.Cayetano
Rocío Márquez / Photo A.Cayetano

Avec élégance et modernité, la chanteuse andalouse revisite sur son cinquième album les grandes figures de la musique espagnole et du flamenco.

La cantaora andalouse défie les clichés. Paya (non gitan) à la claire chevelure et aux yeux verts, Rocío Márquez chante le flamenco depuis l’âge de neuf ans. Se détournant de l’expression torturée, souvent associée au cante jondo, sa voix claire s’élève plus volontiers vers l’azur qu’elle ne reflète la noirceur des abysses. Depuis son premier album Claridad sorti en 2012, la chanteuse ne cesse de réinventer et moderniser la tradition et après deux albums sans guitare (Firmamento en 2017 et Diálogos de Viejos y Nuevos Sones en 2018), Rocío Márquez vient de sortir son cinquième album Visto en el Jueves accompagnée par le guitariste Juan Antonio Suarez « Canito » et le percussionniste Agustín Diassera. L'album est en écoute ci-dessous :

Une fois encore Rocío Márquez transcende son art et rapproche toujours plus l’orthodoxie flamenca à la canción, forme de chant populaire. Un exercice délicat qui définit le flamenco contemporain de la native de Huelva qui revisite ici des chansons et des cantes, des palos flamencos et des musiques populaires  dénichées au marché aux puces historique du jeudi, El Jueves, de la rue Feria à Séville.

Rocío Márquez / photo C. Macias
Rocío Márquez / photo C. Macias

Aidée par des arrangements novateurs et des musiciens virtuoses, Rocío Márquez questionne ici la notion de mémoire et le concept d'auteur en réinventant fandangos, malagueñas, marianas, rondeñas, peteneras, rumbas et bulerías tous tirés du répertoire populaire et des des palos flamenco de Bambino, Rocío Jurado, Paco Ibáñez, Concha Piquer, El Cabrero, Turronero, Pepe Marchena, José Menese ou Manuel Vallejo.

Rocío Márquez est en concert à Paris au Pan Piper le Mercredi 12 Février.