Menu
Écouter le direct

Minyo Crusaders plonge le folklore nippon dans un groove universel

Publié lepar Guillaume Schnee
Minyo Crusaders / DR
Minyo Crusaders / DR ©Autre

Le collectif redonne vie aux chansons populaires min’yō avec un cocktail savoureux de cumbia, afro-funk et musiques caribéennes.

Même si ses productions nous arrivent malheureusement au compte-gouttes, la bouillonnante scène musicale de l’archipel nippon délivre tous les ans son lot de pépites improbables comme, l'an dernier, le collectif Ajate  mêlant afrobeat et musique Ohayahsi à l'aide d'instruments en bambou. Dernière découverte en date, le big band tokyoïte Minyo Crusaders  qui débarque le 26 avril avec Echoes From Japan. Un premier album aussi surprenant que jouissif où les chants populaires ancestraux min’yō glissent dans un bain de jouvence groove juxtaposant cumbia, jazz éthiopien, afro funk, musiques latines ou pop thaïlandaise.

"Pour les japonais, le min’yō est à la fois une musique traditionnelle proche et lointaine. En tant qu’art de la scène traditionnel, le min’yō est considéré comme un art intellectuel. Pourtant, il s’agit principalement de chansons pour travailler, danser ou boire. Nous voulons leur redonner leur sens littéral de chansons du peuple. " Katsumi Tanaka

Un projet fou et ambitieux, né dans l'esprit du guitariste Katsumi Tanaka en quête d'identité après le tremblement de terre de Tohoku en 2011. Avec l'aide du chanteur Freddie Tsukamoto, il redonne vie aux textes du min’yō, chantés à l'origine dans les villages par des pêcheurs, des charbonniers ou des sumos. Des mélodies et des chansons du quotidien rentrées dans l'esprit collectif japonais, qui deviennent ici universelles avec les arrangements millimétrés du combo et boostées par l'énergie de ces dix musiciens et par le rythme des tambours taiko. Minyo Crusaders devrait être en tournée cet automne.