Menu
Écouter le direct

"Meu Mano", l'hymne festif à la tolérance de João Selva et Flavia Coelho

Publié lepar Guillaume Schnee
João Selva et Flavia Coelho / Photo Lelio Moehr
João Selva et Flavia Coelho / Photo Lelio Moehr

Avant son concert à Lyon le 16 octobre, l'artiste brésilien dévoile en avant-première la vidéo de "Meu Mano", délice de groove tropical gravé avec sa complice de longue date.

En avril dernier, João Selva sortait son deuxième album Navegar et nous invitait à une croisière pop tropicale festive, naviguant de Rio au Nordeste brésilien, dans les Caraïbes, au Cap Vert ou en Angola. Une ode à la créolité et à la tolérance rythmée par un groove exubérant qu'il viendra partager avec vous le 16 octobre, pour la première étape du Fip Tour dans la salle Le Sucre à Lyon en compagnie de Théo Charaf, Ponta Preta, Dowdelin et Romane Santarelli. Avant ce concert anniversaire, le carioca et son irrésistible compatriote Flavia Coelho nous offrent un hymne à la vie et au vivre ensemble avec le clip de Meu Mano :

Des retrouvailles pour ces deux Brésiliens installés en France qui se côtoient et se fréquentent sur scène et en studio depuis une dizaine d’années, dans une chanson qui sonne comme les meilleures productions de Marcos Valle ou Joao Donato. Une pop tropicale dansante et vintage qui fait dialoguer avec élégance la frénésie des rythmes brésiliens avec l'énergie du funk et de la soul. 

Inspirés par les joutes verbales du Nordeste du Brésil, sur un ton vivifiant et enthousiaste, ils se passent la voix pour transmettre un message de tolérance et de solidarité, tout en dénonçant ceux qui sèment haine et préjugés. « Qu’est-ce qu’il y a mon frère ? Qu’est-ce qu’il y a ma sœur ? » chantent-ils dans le refrain, invitant tout le monde à se joindre eux. Un thème fédérateur qui résonne avec l’actualité et place ce garçon d’Ipanema comme digne héritier des grands noms de la musique brésilienne. Les deux artistes sont accompagnés ici par le multi-instrumentiste Bruno Patchworks (producteur de l'album Navegar), Paul Charnay aux claviers, Boris Pokora au saxophone et aux percussions et Nico Taite à la batterie.