Menu
Écouter le direct

"Madume" la poésie folk d'Urban Village

Publié lepar Guillaume Schnee
Urban Village / Photo Justice Rendani Mukheli
Urban Village / Photo Justice Rendani Mukheli

Avant la sortie d'un album cette année, le quatuor de Soweto présente en session live sa folk métisse et libératrice où l'univers zulu se mêle au jazz ou au rock.

Ils sont quatre jeunes artistes autodidactes venus du South Western Township de Johannesburg (Soweto) et viennent de signer sur No Format pour un futur album, rejoignant ainsi sur le label indépendant français ¿QueVola?, Mélissa Laveaux, Blick Bassy ou Lucas Santtana. Emblématiques de l'énergie créative de la jeunesse sud-africaine, les musiciens d'Urban Village ancrent leur quotidien et leur traditions musicales dans une folk spirituelle et expérimentale. Un mélange de « musique folk avec les genres traditionnels sud-africains appelés mbaqanga, maskandi, Zulu rock, Xhosa funk » explique le batteur Xolani ‘Cush’ Mtshali dont les rythmiques afro-jazz sont accompagnées par la voix  incantatoire  du chanteur Tubatsi Mpho Moloi ou la guitare folk de Lerato Lichaba, profondément ancrée dans l’univers zulu, qui sert de fondation aux morceaux.

En Sesotho, le mot Madume signifie un signe de bienvenue. Cette forme de politesse et de respect envers une personne étrangère est toujours pratiquée. Un geste de salutation qui permet d'unir les gens : il n'y a pas de vie sans village.

Une folk métisse où violoncelle, flûte, et boucles de sanza s’invitent avec poésie dans la musique rêveuse et positive d'Urban Village qui s'est installée dans le mythique studio parisien Labomatic pour jouer une version inédite de leur titre Madume, toujours dans l'esprit de liberté, d'échange et de découvertes des "Open Labo Sessions". Une jam session où se mêlent guitare folk, flûte traversière, chants en langue Sesotho, basse et batterie et qui révèle toute la beauté et la puissance du quatuor, rejoint ici par le talentueux violoncelliste français Clément Petit (Blick Bassy). Magnifique !