Menu
Écouter le direct

Les ombres de la dualité dans le clip "Pa Lé" de David Walters

Publié lepar Guillaume Schnee
David Walters / Photo Antonin Grenier
David Walters / Photo Antonin Grenier

Pour son titre avec le trompettiste Ibrahim Maalouf, le poète voyageur dévoile un clip en ombres chinoises magnifique, chorégraphié par le danseur Stéphane Deheselle.

Après Awa en 2006 et Home en 2009, le musicien globe-trotter sortait en début d'année son troisième album solo Soleil Kréyol sur le label Heavenly Sweetness. Un hymne à la richesse du métissage musical des caraïbes et au groove new-yorkais des années 70 et 80, pour lequel David Walters a écrit, composé et joué tous les instruments. 

Dans ce voyage poétique où les vibrations d'Afrique, d'Amérique, d'Europe et des Caraïbes dansent d'une même voix, l'artiste a invité les cordes du violoncelle voyageur de Vincent Segal, la voix militante du nigérian Seun Kuti et la trompette atmosphérique d'Ibrahim Maalouf. Ce dernier l'accompagne sur la soul créole langoureuse de la ballade Pa Lé dont le clip a été tourné en ombre et lumière avec la chorégraphie du danseur Stéphane Deheselle :

"Pa Lé" raconte la dualité intérieure, le face à face à nos zones d'ombres avec la volonté d'en tirer le meilleur. La performance de Stéphane Deheselle représente l'esprit qui danse en nous et qui cherche le bon équilibre. (David Walters)

Pour cette ballade à la douceur créole, David Walters retrouve Ibrahim Maalouf avec qui il avait déjà collaboré sur Anywhere in this road, titre de l'album The Living Road de la chanteuse Lhasa qui nous a quittés en 2010. "Inviter Ibrahim Maalouf c'est aussi rendre hommage à Lhasa, sa force intérieure et à la dualité que nous vivons tous." déclare le marseillais d'adoption qui a fait appel au producteur Bruno Patchworks Hovart (Mr President, Voilààà Sound System, Da Break…) pour réaliser son album Soleil Kréyol en écoute ici :