Menu
Écouter le direct

Les Meridian Brothers à la recherche des rythmes perdus

Publié lepar Ghislain Chantepie
Eblis Álvarez / Iván Medellín (Dibujo por Mateo Rivano)
Eblis Álvarez / Iván Medellín (Dibujo por Mateo Rivano)

Le fantasque Eblis Alvarez et l’accordéoniste Iván Medellín annoncent un nouveau disque qui retourne aux sources de la musique colombienne.

Eblis Alvarez ne perd décidément pas de temps. On n’en attendait pas moins, à dire vrai, de l’excentrique producteur, figure de l’underground colombien depuis 25 ans et taulier d’une formation au nom de baptême trompeur puisqu’il la dirige seul : les Meridian Brothers. De fait, ce projet solo vingtenaire est bel et bien devenu ces dernières années un groupe à part entière en écumant les scènes du monde entier. La faute au succès sûrement, qui a régulièrement accompagné les dernières sorties de ce multi-instrumentiste aussi foutraque que talentueux.

Il y a quatre ans de cela, Alvarez publiait ainsi le très acoustique ¿Dónde estás María, un album cousu de folk tordu et nourri une fois encore de traditions aussi andines que latines. L’expérimentation et la soif de transgression n’ont pourtant jamais quitté le cerveau imprenable du Bogotanais qui tentait encore l’an dernier un audacieux retour vers le futur de la cumbia. Un disque en forme d’équation audacieuse entre le plus grand totem musical sud-américain et tous les instincts loufoques et géniaux qui guident généralement sa composition.

Aujourd’hui, c’est à nouveau vers l’histoire musicale de son pays qu’Alvarez a choisi de tourner sa basse et ses congas en se plongeant dans l’essence même des rythmes caribéens colombiens. Une toile riche et on ne peut plus diverse, à la croisée des traditions qui métissent de longue date cette contrée. C’est le cas ainsi du vallenato, ce genre emblématique de la région du Magdalena Grande né de la rencontre entre un accordéon européen, un petit tambour africain, et la guacharaca, cet idiophone autochtone basé sur un peigne en fil de fer. 

Pour partir à la recherche de ces rythmes perdus, le cerveau des Meridians Brothers a fait alliance avec son compatriote Iván Medellín, l’accordéoniste de la formation Conjunto Media Luna déjà croisé il y a peu sur un titre vrombissant célébrant les cinq ans du label Bongo Joe. C’est d’ailleurs encore dans les bacs de ces Suisses éclairés qu’est attendu le 17 septembre prochain Paz En La Tierra, l’album commun des deux comparses qui entendent bien projeter leurs traditions dans un futur parallèle. 

Pour patienter d’ici-là, deux extraits de ce travail de mutation se découvrent d’ores et déjà dont l’hypnotique Pensando En Mi Morena qui annonce la couleur avec son démarrage en haut des cimes. Plus espiègle, Mi Primo El Boxeador donne la part belle au souffle de l’accordéon d’Iván Medellín qui rebondit tel un ressort incarné entre les refrains graves et énigmatiques chantés par Alvarez.