Menu
Écouter le direct

L'album "Sahari" de la chanteuse Aziza Brahim en écoute

Publié lepar Guillaume Schnee
Aziza Brahim / Ana Valiño
Aziza Brahim / Ana Valiño

Trois ans après "Abbar el Hamada", l'artiste sahraouie chante le chagrin et l’espoir des exilés dans un cinquième album aux sonorités plus électroniques.

Aziza Brahim n'est pas seulement l'une des plus belles voix de l’Afrique du Nord, elle écrit, compose et produit sa poésie musicale militante avec la même ferveur qu'à ses débuts. Issue d’une génération qui n’a jamais foulé la terre de ses ancêtres, l'artiste n'a connu que l'exil, de sa naissance dans les campements de réfugiés sahraouis proches de Tindouf, en Algérie, à Cuba où elle a fait des études et enfin à Barcelone où elle vit depuis presque vingt ans. Aziza Brahim sort l'album Sahari le 15 novembre sur le label Glitterbeat, vous pouvez l'écouter ici :

J’essaie de saisir le sentiment de nostalgie de mes aînés vis-à-vis de la terre qui leur a été confisquée et leur vie passée dans leur pays. Mais je sais qu’il ne s’agit pas seulement de nous. Il y a actuellement 70 millions de personnes déplacées dans le monde. 26 millions d’entre eux sont des réfugiés.

Peu à peu, le message d'Aziza Brahim s'est fait plus universel tout comme sa musique qui, après plusieurs albums très acoustiques, fait un pont entre l'Afrique et l'Occident avec des tonalités plus électroniques. Si la chanteuse nous transcende toujours avec sa musique du désert saharien qui s’appuie sur le tabal, la percussion traditionnelle au cœur de la musique sahraouie, elle a fait appel à l’artiste espagnole Amparo Sánchez pour la préproduction de Sahari. Conservant la puissance émotionnelle de sa musique, la voix, les guitares et les percussions orchestrées par Brahim s'appuient ici avec un équilibre parfait sur la partie électronique, principalement les claviers, supervisée par la leader du groupe Amparanoia.