Menu
Écouter le direct

"Kurunba", le chant de résistance de Rokia Koné & Jacknife Lee

Publié lepar Catherine Carette
Rokia Koné - Photo de Karen Paulina Biswell
Rokia Koné - Photo de Karen Paulina Biswell

Avec le producteur de rock californien, la fascinante "Rose de Bamako" triomphe de l’exclusion que vivent les femmes africaines dans un extrait très entrainant de l’album "Bamanan", attendu en février.

Membre du collectif Les Amazones d’Afrique qui lutte pour les droits des femmes, Rokia Koné est l’une des grandes chanteuses du Mali. Elle poursuit une carrière solo en connivence avec le dublinois Jacknife Lee, connu notamment pour ses collaborations avec U2 ou REM, qui transforme ses chansons avec des arrangements intemporels. Le titre Kurunba aborde le thème du statut des femmes dans les sociétés patriarcales, qui, lorsqu’elles ont élevé leurs enfants, sont souvent mises à l’écart avec l’arrivée d’une seconde épouse. Il raconte l'histoire d'une femme qui, l’ayant chanté le jour du mariage de sa fille, "s’est libérée de son isolation", explique Rokia, tandis que les personnes qui avaient tenté de l'enfermer se sont transformées en chiens et en mouches.

Le clip mis en scène par le danseur et chorégraphe d’origine zambienne Kennedy Junior Muntanga, a été tourné à Londres dans un club où sont rassemblés quelques-uns des plus talentueux danseurs contemporains de la ville. Leurs chorégraphies répondent à l’énergie de la chanson et à leur approbation.

Rokia Koné est née à Dioro, non loin de Ségou, dans une caste noble, mais c'est la tradition héréditaire des griots qui l'inspire. « Je chantais surtout les chansons de ma grand-mère, » dit-elle. "Des deux côtés de ma famille, mes oncles et tantes étaient aussi chanteurs : j’ai toujours été entourée de musique". Ses textes en bambara sont des messages de paix, d’unité et d’amour pour lutter contre les violences conjugales, le manque d’accès à l’éducation des filles et toutes les injustices que subissent les femmes. La musique du producteur d'origine irlandaise Jacknife Lee éclaire sa voix vibrante en fusionnant rythmes traditionnels mandingues et sons électroniques. Leur premier single N’yanyan, dont le clip fut tourné sur l’île de Gorée, au Sénégal mais enregistré à Bamako, " est basé sur une très vieille chanson créée par nos ancêtres, reconnaissant nos limites et notre mortalité. Je la chante pour tous les êtres humains, pour leur dire que nous sommes à mi-chemin et que tout cela finira un jour", dixit Rokia Koné.

Bamanan sort le 18 février sur Real World Records.