Menu
Écouter le direct

"Gesse", nouveau clip captivant de uKanDanZ

Publié lepar Catherine Carette

Le nouvel album du phénoménal groupe franco-éthiopien est attendu dans les bacs le 7 décembre.

Après une pause de deux ans, l'ovni uKanDanZ, inventeur du style "Ethio-crunch", repart pour de nouvelles vibrations avec le charismatique Asnaqé Guèbrèyès et ses chants en amharique. On l'attendait ! Suite aux albums Yetchelal (C’est possible) et Awo (Oui !), voici tout naturellement Yeketelale (ça continue), hébergé par le label Buda Musique. Cette toute première vidéo du titre Gesse réalisée par Cyril Meroni sur un design et des illustrations de Felix Godefroy, est composée à partir de films exclusifs en Super 8. Les images ont été tournées par Abdu Jalala pendant une enquête anthropologique menée par Thomas Osmond, à Addis Abeba et dans la région d'Ambo entre 2000 et 2004.

C'est à cette période que le guitariste et compositeur Damien Cluzel débarque en Ethiopie pour jouer avec les musiciens du cru. Sa rencontre avec le producteur Francis Falceto, fondateur de la mythique collection discographique Ethiopiques est déterminante. Le musicien français revient chez lui avec une furieuse envie d’emmener ces gammes et rythmes hypnotiques sur de nouveaux territoires en compagnie du saxophoniste Lionel Martin, avec qui il partage le goût des rencontres percutantes et débridées. C’est ainsi que naît l’éthio-jazz instrumental et totalement atypique de uKanDanZ avec le batteur Guilhem Meier et le pianiste Fred Escoffier. Le quartet devient quintet après un passage au Festival International des Musiques Ethiopiennes avec le fougueux chanteur Asnaqé Guèbrèyès.

Martin, Guebreyes, Cluzel - Photo Eric Legret
Martin, Guebreyes, Cluzel - Photo Eric Legret ©Autre

Si l’album Awo témoignait du virage plus rock, plus garage même, qu'a pris uKanDanZ en 2016 avec le bassiste Benoit Lecomte en remplacement du pianiste, quelques trois cents concerts plus tard, le groupe est arrivé au bout d’une histoire. Le "bloc" Cluzel-Martin-Guèbrèyès repart sur un autre mood.

Après une interprétation très personnelle, car bien différente de ce que l’on a pu entendre dans ces musiques "éthio-jazz" et "éthio-rock", aujourd'hui uKanDanZ arrondit les angles pour une ambiance plus cosmique, explique Lionel Martin. « Damien et moi, on voulait aller vers quelque-chose de plus éthiopien, de plus dansant et amener une certaine douceur dans l’énergie ». "On souhaitait surtout beaucoup d'espace dans la musique, précise Damien Cluzel, et c'était important pour nous d’aller chercher une rythmique déja constituée". Avec celle du groupe Mazalda, soit Adrien Spirli au synthé basse et Yann Lemeunier à la batterie, « on confronte deux blocs et c’est tout de suite puissant ».

uKanDanZ - Photo de Paul Villard
uKanDanZ - Photo de Paul Villard ©Autre

Tous deux s’accordent pour dire qu’ils se devaient de mettre la voix encore plus en avant pour sublimer ces ornementations singulières qui font la marque des grands chanteurs éthiopiens. C’est chose faite. « Asnaké est plus dans ses codes » dixit le saxophoniste. Même s’il affirme par politesse, aimer les deux projets, Asnaké Guèbrèyès, en sortant du studio, aurait lâché : « Là, on a la même âme tous les 5 ». Un nouvel UKanDanZ brûlant est né qui sans nul doute nous mènera à la transe.

En concert : le 14 décembre à l'Opéra Underground (Lyon) et le 15 décembre au Point Ephémère (Paris).

Yeketelale - uKanDanZ - Visuel de Félix Godefroy
Yeketelale - uKanDanZ - Visuel de Félix Godefroy ©Autre