Menu
Écouter le direct

"Gate of Klüna", l'évasion psychédélique de Kuunatic

Publié lepar Guillaume Schnee
Kuunatic / Photo Shawn Chao
Kuunatic / Photo Shawn Chao

Le trio féminin de Tokyo sort un premier album en forme de voyage cosmique et expérimental où les sonorités traditionnelles nippones se mêlent à des songes grooves et rock psychés.

L'inclassable trio japonais s'était déjà illustré en 2017 avec un EP au nom étrange de Kuurandia, une planète sonore fantasmée tout droit sortie de l'imaginaire sans limite de Fumie Kikuchi aux claviers et au chant, Yuko Arako à la batterie et au chant, ainsi que de Shoko Yoshida à la basse et au chant. Dans cet espace musical céleste, les musiciennes et chanteuses façonnent une musique psychédélique tribale en utilisant des percussions rituelles ainsi que des instruments traditionnels japonais comme la flûte Kagura. Une transe processionnelle et fantaisiste dans lesquels se glissent des sonorités de rock progressif, d'envolées kraftwerkiennes et de groove atmosphérique. Attendu le 29 octobre sur le label Glitterbeat, l'album Gate of Klüna dévoile aujourd'hui un premier titre, Tītián, accompagné d'un clip aux allures de trip psyché :

Pour Kuunatic, le titre Tītián "évoque la riche période de récolte sur la planète Kuurandia. Inspiré par les paysages des rizières, sa mélodie et ses paroles décrivent les vues pittoresques, les couleurs, les odeurs et les sons des magnifiques champs de la planète." En interview, le groupe Kuunatic déclare que leur nom est tiré de « kuu », le mot finnois pour la lune. "le concept musical de Kuunatic est un fantasme. Le titre de notre premier EP, Kuurandia, est le nom de la planète fantastique sur laquelle nous vivons. C’était un prologue. Et ce premier album est un album concept sur la façon dont la planète a été créée, a évolué et comment on l’a exploré. Il se compose de huit chansons et chacune raconte une histoire." explique la claviériste Fumie Kikuchi avant de rajouter "Notre son se compose de plusieurs types de musique différents, mais certains instruments japonais donnent une atmosphère particulière au monde de Kuunatic".

à réécouter
Bill Murray à Tokyo sur le tournage de Lost in Translation