Menu
Écouter le direct

Exclu FIP : voyage au coeur de la créolité avec Roger Raspail

Publié lepar Guillaume Schnee
Roger Raspail / Willy Vainqueur
Roger Raspail / Willy Vainqueur ©Radio France

Le percussionniste guadeloupéen sort "Dalva" en mars, un pur bijou de musique métisse dont il dévoile en avant-première deux titres enregistrés avec Anthony Joseph et Alain Jean-Marie.

Musicien du monde, Roger Raspail  fait sonner les peaux de ses tambours Ka depuis plus de quarante ans avec la même passion. Jazz avant-gardiste ou morna capverdienne, swing caribéen ou rumba congolaise, funk spirituel ou transe gnawa du Sahel, le musicien a fait de sa musique un voyage perpétuel enrichi au gré des rencontres. Le percussionniste antillais a accompagné des artistes comme le pianiste Mal Waldron, le flûtiste Eugène Mona, la chanteuse Cesaria Evora, Didier Malherbe, Chico Freeman, Papa Wemba, Pierre Akendengue ou Hasnia el Bécharia.

Qu'importent les territoires, au fil de plus de deux cent enregistrements en tant que sideman, Roger Raspail a toujours fait vivre les sept rythmes qui constituent l’identité du gwo ka, façonnant ainsi la créolisation du discours musical qui lui est cher. Vingt ans après son premier album Fanny's Dream, l'artiste sort Dalva  le 3 mars sur le label Heavenly Sweetness, un condensé jouissif de toute la richesse de son univers musical pour lequel il a invité une kyrielle de compagnons de route.

Roger Raspail est en concert le 8 mars à Pierrefitte-sur-Seine pour le Festival Banlieues Bleues.

Bossa de la plage  : un titre enregistré avec le violoncelliste Vincent Segal, lui aussi musicien du monde, et la légende du piano en Guadeloupe Alain Jean Marie. C’est un hommage à un club de la rue de Charonne à Paris qui s’appelait le " café de la plage ». C’était un club de jazz et de musique antillaise dans lequel j’ai joué de nombreuses fois avec Alain Jean Marie et de nombreux autres musiciens Antillais. On y jouait souvent ce titre. C’est inspiré par un ami qui travaillait tellement qu’il ne prenait jamais le temps de se divertir avec sa famille. Jusqu’à ce qu’on lui dise d’arrêter de travailler, de prendre du temps avec sa femme et ses enfants, et d’aller se promener et méditer à la plage! Roger Raspail

 ©
© ©Radio France

Bossa, calypso, musique rara, groove puissant, spiritual jazz, swing, biguine, cadences, gwo ka, tout s'entremêle avec ferveur, sonne comme une évidence dans les douze titres de l'album aux orchestrations luxuriantes et aux rythmiques enivrantes que viennent sublimer les membres de la famille musicale du percussionniste. Comme pour mieux nous conter son histoire, le musicien originaire de Capesterre-Belle-Eau, a convié des complices souvent de longue date . Outre le pianiste Alain Jean-Marie  et le violoncelliste Vincent Segal avec qui il a tourné en duo, on y retrouve son ancien collaborateur des années Kassav Jacob Desvarieux, le contrebassiste Patrice Caratini , Reda Samba, Dao ou encore le poète britanno-trinidadien Anthony Joseph  avec qui il a collaboré récemment sur Kumaka. Ce Dalva est un sommet de cette musique métisse que nous aimons tant mais que nous connaissons trop peu.

Kalypso – ka  : ce titre est inspiré par une jeune femme nommée Mademoiselle Salomée, qui était la reine du carnaval de ma ville Capesterre. Elle « lolé » et dansait si bien, avec ce superbe mouvement de reins que les gens s’arrêtaient pour la regarder. Sur ce titre il y a tout le groupe qui a enregistré l’album, il est composé d’amis comme Mike Clinton (Basse) , Patou Magedelaine (guitare) , Reda Samba (batterie) , Marril Abbas (accordéon) , Florian Pellissier (claviers) et enfin Anthony Joseph qui est venu spécialement de Londres pour participer à mon album. "Manzè Salomé lésé lolé ». Roger Raspail

Dalva  sort le 3 mars sur l'excellent label parisien Heavenly Sweetness qui fête en 2017 ses dix ans d'existance. L'album est disponible ICI ►►