Menu
Écouter le direct

Exclu FIP : "Mucagiami", l'été austral de Guts

Publié lepar Ghislain Chantepie
Guts en mode afro | Mambo
Guts en mode afro | Mambo ©Autre

Le beatmaker français dévoile un premier extrait ensoleillé de son nouveau projet "Philantropiques".

Fouiller, dénicher, ou dans sa traduction la plus littérale « excaver » : dans le monde musical, le digger est bel et bien un chercheur, un passionné qui va tirer parti de sa curiosité exacerbée pour débusquer les milles-et-une raretés qui dorment encore dans les bacs à disques, ou plus surement aujourd’hui sur Discogs ou autres sites web spécialisés.

Figure ancienne de cette communauté infatigable, Guts n’a cessé d’afficher depuis ses débuts dans les années 90 son goût pour les pépites groovy méconnues, poursuivant à travers divers projets cette quête de perles oubliées jusqu’à y dédier une série de compilations solaires. Et lorsqu’il compose et met en musiques lui-même, cet enfant du rap n’oublie pas ses réflexes de chercheur de samples, tentant d’attirer à lui les vibrations du monde entier pour faire monter la température de ses productions.

C’est là sûrement encore l’un des ressorts de Philantropiques, le nouvel album dont le Français prépare la sortie pour la fin du mois de mars. Un disque qui se veut synonyme de voyage dans la chaleur musicale de l’Afrique et des Caraïbes, et qui invite autour du producteur des visages connus (ainsi Cyril Atef de Bumcello) comme des musiciens lointains, aussi talentueux qu’oubliés.

Manuel Rosário das Neves alias Vum Vum est de ceux-là, un chanteur angolais ayant signé quelques disques de Semba dans les années 70. Musique populaire typique (et méconnue) de l’ancienne colonie portugaise, c’est bien cette Semba chantée en langue Kimbudu qui est au cœur de Mucagiami, la première escale de Philantropiques mise en ligne aujourd'hui. Auteur du titre original de 1976, Vum Vum offre ainsi sa voix étonnamment verte à cette relecture arrangée par Guts 40 ans plus tard, et gonflée ici de rythmes percussifs et de grooves cuivrés. Le voyage ne fait que commencer.