Menu
Écouter le direct

En écoute : l'album "Nomadic Spirit" de La Caravane Passe

Publié lepar Guillaume Schnee
La Caravane Passe / Photo Tijana Pakic
La Caravane Passe / Photo Tijana Pakic

Le collectif de musiciens nomades sort son sixième album, une célébration humaniste et festive de la richesse rythmique et mélodique venue des pays de l'Est, d'Europe du Sud, d'Orient ou d'Afrique.

Depuis près de vingt ans Toma Feterman et ses complices de La Caravane Passe nous convient à une grande fête universelle et humaniste, enrichissant toujours un peu plus leur musique nomade au gré des contrées traversées, au cours de leurs longues tournées. Migrants sonores libres et instrumentistes hors pairs, Toma Feterman, Cyril Moret, Olivier Llugany, Ben Body, Pat Gigon ont joué pendant quatre ans dans des pays comme la Turquie, le Liban, la Corée, la Nouvelle-Calédonie, le Japon ou l'Egypte, escales musicales et rencontres humaines qui ont inspiré leur sixième album Nomadic Spirit attendu ce 28 août chez vos disquaires et en écoute ici :

Après ses aventures au sein de Soviet Suprem et la sortie de Je suis africain, album posthume de son ami Rachid Taha qu'il a coécrit et produit, le multi-instrumentiste et chanteur a réuni ses compagnons de route pour graver ce nouveau voyage dansant sur lequel règnent l'énergie et toute la richesse des musiques tziganes venant d'inde, du Moyen-Orient, des pays de l'Est comme de l'Europe du Sud, en passant par l'Afrique. Sur un flow hip hop percutant ou un slam séducteur, le groupe déclame ses textes humanistes rendant hommage à tous les migrants de la planète et aux exclus de nos sociétés sans jamais devenir moralisateurs, préférant l'humour et les rythmes endiablés comme arme fédératrice.

"Il s’agit aussi d’inviter à la fête en ayant conscience du chaos qui nous entoure. La musique populaire doit créer du lien. Aux concerts de La Caravane Passe, nous disons qu’avec nous, les gens peuvent devenir gitans au moins un jour dans leur vie." explique Toma Feterman.

La Caravane Passe / Photo Tijana Pakic
La Caravane Passe / Photo Tijana Pakic

Derrière ce tourbillon rythmique vertigineux, les mélodies et les sons organiques venus de provinces lointaines, parfois fantasmées, on retrouve tout le talent d'orchestration et d'arrangement de ces joyeux troubadours du monde qui glissent dans leur périple jubilatoire quelques touches de musiques cinématographiques ou de chansons de cabaret gouailleuses. Le collectif nomade s'agrandit ici et métisse un peu plus son discours musical en conviant à sa grande fête fraternelle l’artiste gnawa surdoué Mehdi Nassouli, la chanteuse flamenca Paloma Pradal, le quatuor balkano-banlieusard Aälma Dili, un accordéoniste breton, un trompettiste serbe, un cymbaliste moldave, un koriste malien ou un joueur catalan de tenora.

La Caravane Passe sera en concert le 25 novembre au Cabaret Sauvage à Paris.