Menu
Écouter le direct

Derya Yıldırım & Grup Şimşek affinent leur poésie pop psychédélique sur "Dost 1"

Publié lepar Guillaume Schnee
Derya Yıldırım & Grup Şimşek / Bongo Joe / Catapulte Records
Derya Yıldırım & Grup Şimşek / Bongo Joe / Catapulte Records

La chanteuse germano-turc et son groupe transcontinental poursuivent leur voyage folklorique et psyché anatolien sur un deuxième album somptueux, premier volet d’un diptyque à paraître cette année.

Repéré sur l'indispensable label Bongo Joe, Derya Yıldırım & Grup Şimşek s'est vite imposé comme l'un de ces groupes phares nous faisant revivre avec modernité la pop psyché de la scène alternative d'Istanbul des années 60 et 70. Formé en 2014 autour de la chanteuse et multi-instrumentiste turque basée à Berlin, Derya Yıldırım, le combo réinvente les ballades folkloriques traditionnelles d'Anatolie tout en puisant dans un mélange enivrant de psychédélisme, de groove hypnotique, de jazz et de pop contemporaine. Après l'excellent Kar Yağar en 2019, la formation revient avec l'album Dost 1 (qui se traduit par ami) et nous fait patienter avec le clip du titre Haydar Haydar :

"Avec sa qualité métaphorique, le turc est une langue qui peut susciter tant d'interprétations et laisser libre cours à votre imagination", déclare Yıldırım qui nous bouleverse une fois encore de sa voix sublime en chantant ce poème alevi d'Anatolie qui se transmet de génération en génération depuis le 17ème siècle et qui traite de sujets humains complexes entrelaçant émotions, philosophie, société et spiritualité. Une ballade au groove profond et lent posé par la basse ondulante d'Antonin Voyant et des synthétiseurs atmosphériques de Graham Mushnik, les deux musiciens français de cette formation sans frontière.

Au fil de titres originaux et de reprises contemporaines de vieux classiques anatoliens, l'album nous plonge dans un univers pop songeur et sans cesse changeant, où les mélodies ensorcelantes du Bağlama (luth turc) de Derya Yıldırım se mêlent aux envolées d'orgues funky et cosmiques, où le rock anatolien d'antan et ses distorsions de guitares psyché prends des airs futuristes avec les polyrythmies de batterie de la Londonienne Greta Eacott.

"Notre background musical est si différent, c'est ce qui le rend si amusant et inspirant pour faire de la musique" explique Derya Yıldırım avant de rajouter "Nous ne nous considérons pas comme un groupe turc, les paroles sont toujours turques, mais le son que nous créons mérite d'exister au-delà de cette catégorie".

L'album "Dost 1" sort le 26 juin sur Les Disques Bongo Joe et Catapulte Records. Derya Yıldırım & Grup Şimşek est en concert au Rush Festival à Rouen le 12 juin.