Menu
Écouter le direct

D’Istanbul à Rio, le psyché palpitant de Kit Sebastian

Publié lepar Ghislain Chantepie
Kit Martin + Merve Erdem = Kit Sebastian | Munéyuki Sugiyama
Kit Martin + Merve Erdem = Kit Sebastian | Munéyuki Sugiyama ©Autre

Le jeune duo prépare la sortie d’un premier disque de rétro-pop sans frontière, découvrez un nouveau titre en avant-première.

L’histoire est belle, presque un conte de fée à l’ancienne. Décembre 2018, un musicien toque à la porte du label et disquaire anglais Mr Bongo. Kit Martin est un fan de cette écurie londonienne réputée – entre autres – pour ses compilations pointues. Ce jour-là, le jeune homme sollicite l’avis du grand patron Graham Luckhurst sur un projet d’album qu’il vient d’achever, un ensemble de funk qu’il dit « turco-brésilien » et composé strictement sur la base de son attirail d’instruments analogiques. Quelques mois plus tard, son vœu est en passe d’être exaucé : Mantra Moderne, le premier jet de son duo formé avec la jeune Merve Erdem est en approche des bacs pour une sortie prévue au creux de l’été.

L’écoute de ce disque insolite renforce l’impression que cette collaboration n’aurait finalement pu naître autrement. Car au-delà d'un look sixties on ne peut plus choisi, Kit Martin s’affiche bien comme un esthète de la production à l’ancienne, un fan de claviers, de 8-pistes et d’un nombre impressionnant d’instruments traditionnels, des tablas indiens au cuíca brésilien jusqu’au Balalaïka, ce luth traditionnel russe. Cette myriade sonore qui brouille l’espace et le temps, il l’a mise au service d’une pop explicitement vintage et planante, parfois d’inspiration européenne – comme sur le premier extrait dévoilé en mars *Mantra Moderne * - mais où les frontières souvent s’effacent d’elles-mêmes.

Dans le carrefour psychédélique actuel où se croisent aussi bien les Turco-hollandais d’Alt ın Gün que les improbables Texans de Khruangbin, Kit Sebastian tire son épingle du jeu aujourd'hui en lorgnant, aussi, vers les rivages brésiliens. Yan ı *mda Kal, * un nouvel extrait à découvrir en avant-première, puise ainsi autant dans la langueur bossa que dans les rythmes brûlants du Levant, mêlant avec brio des parfums sonores très lointains. Au micro, la jeune Merve Erdem fait résonner cette histoire de poète maudit dans un turc aux accents nostalgiques, cultivant encore l’impression d’un Orient XXL qui s'étendrait jusqu’à Rio. Palpitant.