Menu
Écouter le direct

"City of Mirrors", les rêves technicolors de Dos Santos

Publié lepar Guillaume Schnee
Dos Santos / Photo Victor Duarte
Dos Santos / Photo Victor Duarte

Le groupe alt-latino de Chicago publie son deuxième album, un récit poétique d'espoir où les musiques latines se mêlent dans une mosaïque rythmique et mélodique aux sonorités psyché, rock, jazz ou électros.

Formé en 2013 par des musiciens d’origines mexicaine, portoricaine et panaméenne, c'est dans la richesse musicale des Amériques que le combo alt-latino Dos Santos a construit son langage musical remarquable. Une fusion aussi poétique que militante enrichie par le quintette de Chicago au fil de ses orchestrations luxuriantes comme un refuge de l'espoir face notamment aux durcissements des politiques migratoires. Trois ans après Logos, la formation du chanteur et multi-instrumentiste Alex Chavez vient de sortir son deuxième album City of Mirrors sur le label défricheur International Anthem.

Enregistrés entre Los Angeles et Chicao avec le producteur Elliot Bergman du groupe psych-pop Wild Belle, les treize titres de City of Mirrors forment un kaléidoscope mélodique et rythmique exaltant. Les sonorités latines comme la cumbia, la chicha ou le son huapango mexicain se mêlent au jazz, aux synthés psychédéliques, au funk, aux guitares surf, aux rythmes africains ou aux productions électros. 

"Quand nous faisions ce disque et écrivions pour lui, il y avait les politiques de tolérance zéro à la frontière, la séparation des familles, toute cette violence à travers les États-Unis contre les communautés Latines. À travers cette cascade de points de basculement et de tragédie, nous avons invoqué la mélodie et le vers pour faire sonner des rêves technicolor verdoyants de liberté et de désir, reflétant le vortex de notre temps" explique le chanteur toujours accompagné par le bassiste Jaime Garza, le guitariste et chanteur Nathan Karagianis, le batteur Daniel Villarreal-Carrillo et le percussionniste Pete Vale rejoints sur plusieurs titres par Elliot Bergman aux cuivres et Martín Perna au saxophone et à la flûte.