Menu
Écouter le direct

Cimafunk invite les légendes de la musique cubaine sur "El Potaje”

Publié lepar Guillaume Schnee
Omara Portuondo et Cimafunk / Daniel H. Arévalo
Omara Portuondo et Cimafunk / Daniel H. Arévalo

La nouvelle étoile du groove cubain dévoile un hymne funk intergénérationnel avec Omara Portuondo, Chucho Valdés, Pancho Amat et la Orquesta Aragón.

La vieja escuela con los chamas, coordinados(La vieille école et les jeunes, sur la même longueur d’onde), le refrain de ce nouveau titre El Potaje illustre parfaitement la démarche artistique d'Erik Iglesias Rodríguez alias Cimafunk. En 2018 son single Me Voy avait fait vibrer son île natale et de nombreux orchestres locaux y allaient de leur reprise en clôture de leur concert. Le jeune chanteur, compositeur et producteur, originaire de Pinar del Rio, continue de combiner la richesse des traditions afro-cubaines avec un funk contemporain irrésistible. « Cimafunk fait un très beau travail qui a touché les jeunes et je pense qu'il mérite tout notre soutien », souligne l'immense pianiste Chucho Valdés présent sur ce titre tout comme la diva Omara Portuondo, la légende du tres Pancho Amat et la Orquesta Aragón.

Ce que Cimafunk est en train de faire, c’est la poursuite de cette tradition d'enrichir et de relier l'essence de notre musique à d'autres influences musicales. Pancho Amat

Erik Iglesias Rodríguez a grandi dans la périphérie de Pinar del Rio, une ville de province à 200km de La Havane. Il commence à chanter à l’église Bautista Libre, une église protestante où il accompagne sa grand-mère. Adolescent il s’essaie au reggeaton puis à la trova (chanson à texte). Il abandonne ses études de médecine en troisième année pour se consacrer à la musique et fait ses débuts en tant que choriste de Raul Paz et de David Torrens avant d'intégrer le groupe Interactivo et fonde le combo Los Boys. Il grave son premier album solo, Terapia, en 2017. 

Depuis, l'artiste autodidacte propulse son funk cubain sur la planète entière et multiplie les collaborations avec NG La Banda,  Nube Roja ou Tony Succar. Sur son précédent single, Ponte Pa’Lo Tuyo il était déjà accompagné de plusieurs célébrités de son île comme la chanteuse Juana Bacallao, le flutiste El Tosco et le pianiste de jazz Roberto Carcassés.