Menu
Écouter le direct

Aux Trans Musicales, le monde donne de la voix

Publié lepar Ghislain Chantepie
Ladaniva aux Trans Musicales de Rennes le 02 décembre 2021 | G. Chantepie
Ladaniva aux Trans Musicales de Rennes le 02 décembre 2021 | G. Chantepie ©Radio France

Ladaniva, Dadi Freyr, et Monsieur Doumani ont éveillé jeudi soir la première soirée grand format du festival rennais.

Il y avait comme un air de retrouvailles qui flottait hier soir dans la bonne ville de Rennes. Les Trans Musicales étaient bel et bien de retour ce jeudi, de même (signe qui ne trompe pas) que la sacro-sainte navette reliant le centre-ville au Parc des expositions situé à une dizaine de kilomètres de là. Voilà deux ans qu’on n’avait pas ainsi vu ces vastes halls accueillir une sélection musicale venue du monde entier, le contexte sanitaire épouvantable de l’an passé ayant finalement douché les espoirs des organisateurs du festival qui s’étaient alors rabattu sur une honorable édition virtuelle.

2021 est donc synonyme de renaissance live pour l’inlassable transhumance bretonne qui rythme d’ordinaire la saison hivernale des musiques les plus actuelles. Pas loin de 85 groupes sont ainsi attendus à Rennes le temps de ce gros week-end, avec une trentaine de nationalités représentées malgré les difficultés de voyage encore persistantes, et les annulations de dernière minute comme celle des Sud-africains d’Urban Village de nouveau absents cette année.

La petite troupe de Ladaniva, elle, était bien là pour cette première soirée en forme de tour de chauffe assumée. Emmenée par leur magnétique chanteuse Jacqueline Baghdasaryan, le collectif franco-arménien a partagé sur la scène du Hall 08 sa jolie formule mêlant jazz et maloya aux confins du temps, partageant sa joie de vivre mais aussi mélancolie du deuil et de la dernière guerre perdue contre l’Azerbaïdjan, avec un public aussi clairsemé que conquis.

Daði Freyr aux Trans Musicales de Rennes le 02 décembre 2021 | G. Chantepie
Daði Freyr aux Trans Musicales de Rennes le 02 décembre 2021 | G. Chantepie ©Radio France

Plus tard, au même endroit, c’est l’excentrique Daði Freyr qui a fait résonner son timbre grave devant une foule bien plus compacte. Véritable pop-star dans son pays depuis sa participation au concours de l’Eurovision, ce géant islandais a déroulé un show mariant un groove véritable à l’absurdité de mille et unes blagues musicales. S’il a sûrement franchi la ligne jaune avec sa reprise hystérique de La danse des canards, ce maitre du cool a su aussi montrer son habileté mélodique et sa connaissance fine de la pop-music, bourrant son show de références choisies et de refrains qui ont su faire vriller son public.

Monsieur Doumani aux Trans Musicales de Rennes le 02 décembre 2021 | G. Chantepie
Monsieur Doumani aux Trans Musicales de Rennes le 02 décembre 2021 | G. Chantepie ©Radio France

Autre ambiance et autres voix au hall 03 avec le trio chypriote Monsieur Doumani. Ces natifs de l’île d’Aphrodite ont su faire résonner leur rebetiko hanté, un cocktail de traditions musicales égéennes et de riffs anatoliens puisant notamment dans la riche scène psychédélique turque. Il y avait bien quelque chose d’obsédant dans les va et vient entre ce tromboniste, ce guitariste et ce joueur de tzouras (un cousin germain du bouzouki) qui sont parvenus à marquer la soirée. Davantage, peut-être, que les sympathiques Californiens Hello Forever qui malgré leur pop sunshine bien ficelée et leur look impeccable ont pu paraitre légèrement décalés au moment de leur passage vers 1h30 du matin.

Rien à voir, en tous cas, avec le déluge numérique dévoilé par Yann Tiersen un peu plus tôt au hall 08. Le compositeur breton a quitté pour l’occasion sa solitude éolienne de l’île de Ouessant pour formuler cette création audiovisuelle impressionnante et qui emprunte à presque tous les registres de la musique électronique. Des beats clignotants surgis du « space age pop » jusqu’à la ferraille kraftwerkienne en passant par nombre nappes et songes ambient, le pianiste a ainsi navigué dans les ambiances et les époques tel le naufragé d’un autre monde surfant dans le blizzard onirique de l’artiste multimédia Sam Wiehl. Bluffant.

FIP est partenaire des 43e Trans Musicales de Rennes. Sessions vidéo, concerts live, interviews suivez les Trans sur fip.fr durant tout le festival avec Culturebox.

À lire aussi
Hello Forever aux Trans Musicales de Rennes le 02 décembre 2021 | Ghislain Chantepie