Menu
Écouter le direct

« Galar », totem afrobeat du collectif japonais Ajate

Publié lepar Ghislain Chantepie
John Imaeda, dix musiciens et beaucoup de bambou | 180g
John Imaeda, dix musiciens et beaucoup de bambou | 180g

L’orchestre d’afro-funk nippon dévoile un premier clip forestier mais sans embûche.

Près de 13.000 kilomètres séparent Tokyo et Lagos, deux capitales de mondes si lointains qu’ils paraissent s’ignorer. Mais pour Junichiro « John » Imaeda, cette distance impressionnante a depuis longtemps été surmontée. Le cerveau du collectif japonais Ajate  a ainsi fait de son projet musical un peu cinglé un pont passionnant entre la bouillante Afrique de l’ouest et les pentes majestueuses des monts nippons.

Découverte aux Trans Musicales 2018, cette petite perle musicale du soleil levant avait marqué les esprits des festivaliers alors présents à Rennes. Dix musiciens transmettant leur énergie pure et le bonheur de jouer ensemble, au bout de la nuit, avec une fusion improbable d'afrobeat et de musique Ohayahsi, le tout exécuté magistralement avec des instruments en bambou fabriqués pour l'occasion.

Le bambou, c’est encore et toujours le grand sujet du collectif Ajate qui y dédie aujourd’hui son tout premier clip Galar, prélude à leur nouvel album attendu le mois prochain. De ce bois présent au Japon depuis la nuit des temps, le peuple nippon en a fait des merveilles dans tous les domaines profitant notamment de son incroyable vitesse de pousse. 

Pour marier l’afrobeat à la tradition musicale japonaise, Junichiro Imaeda a donc choisi le bambou pour créer son propre arsenal musical avec un procédé que narre ce Galar, une quête forestière réjouissante mais sans embûche et qui ne manque clairement pas de groove. Un titre également rythmé pour l’occasion de Shinobue, cette flûte traditionnelle japonaise dont s’empare désormais ce collectif décidément très attachant. 

"Alo", nouvel album d'Ajate, est attendu le 06 mars 2020 sur le label 180g.